Russie : sous l'embargo, certains producteurs vendent des produits laitiers... sans lait

Russie : sous l'embargo, certains producteurs vendent des produits laitiers... sans lait

CONSOMMATION - Depuis la mise en vigueur d'un embargo alimentaire en 2014, certains producteurs russes trompent les consommateurs en commercialisant des produits laitiers sans lait ou des saucisses sans viande. Une vidéo diffusée par un site d'information russe montre même l'inflammabilité de ces produits.

Comme une torche bien huilée, le fromage blanc se consume lentement dans la cuillère, croustillant et émettant une fumée grise: en Russie, qui a imposé un embargo sur les produits alimentaires européens, la composition de certains produits laitiers a de quoi surprendre.

L'expérience, filmée à Saint-Pétersbourg et diffusée en juin par un site d'information local Fontanka.ru , a provoqué une onde de choc dans la société russe. Pour ses auteurs, qui ont procédé à des analyses, la conclusion est simple: certains produits laitiers en vente ne contiennent tout simplement pas de lait et ne sont "bons que pour remplir des lampes à kérosène"."Nous avons décidé de montrer que c'était un problème général", explique la journaliste de Fontanka.ru Venera Galeïeva, qui a effectué depuis plusieurs autres expériences sur les produits laitiers frelatés dans la deuxième ville de Russie. "Le problème, ce n'est pas un producteur en particulier. Globalement, le problème, c'est que la Russie manque de lait", ajoute-t-elle. Et que les producteurs utilisent du coup des substituants, comme l'huile de palme.

"Il y a un déficit du lait"

Aujourd'hui, les produits laitiers fabriqués sans lait ou les saucisses sans viande préoccupent à la fois le gouvernement et les consommateurs russes, privés des produits occidentaux importés depuis la mise en place en août 2014 d'un embargo alimentaire. Décrété en réponse aux sanctions économiques occidentales contre Moscou liées à la crise ukrainienne, cet embargo sur les importations agroalimentaires, notamment en provenance de l'UE, a été prolongé par Vladimir Poutine jusqu'à la fin 2017. La Russie a justifié son embargo alimentaire entre autres par une volonté de développer son secteur agricole et son industrie agroalimentaire.

Mais si la fermeture du marché russe pour le brie et le parmesan européens a favorisé le développement d'une industrie laitière nationale, la production du lait n'a pas augmenté. Certains producteurs sont donc obligés de faire preuve de créativité, en induisant souvent les consommateurs en erreur. "Il y a un déficit du lait" en Russie, confirme Vadim Semikine de l'Institut pour les études du marché agricole, qui estime le manque à quelque huit millions de tonnes en 2015. A l'inverse explique-t-il, l'importation d'huile de palme a augmenté de 25% en 2015, et les producteurs laitiers l'utilisent largement pour substituer le lait.

A LIRE AUSSI 
>>  Embargo russe sur l'agroalimentaire : quels risques pour l'économie française ?
>>  Le lait et les fruits, principales victimes françaises de l'embargo russe

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 18 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.