Russie : un leader homophobe néonazi arrêté par Interpol

Russie : un leader homophobe néonazi arrêté par Interpol

DirectLCI
HOMOPHOBIE - Leader d'une milice adepte du tabassage et de l'humiliation de jeunes homosexuels en Russie, Maxim Martsinkevinch a été arrêté à Cuba, où il avait fui la justice de son pays.

La fuite de Maxim Martsinkevinch est terminée. Grâce à un mandat d'arrêt international lancé par Interpol, le sinistre personnage a été arrêté à Cuba où il s'était enfui, rapporte l'agence russe Ria Novosti . Les détails de son extradition sont en train d'être réglés, ont affirmé les autorités russes. Recherché par la justice de son pays depuis novembre dernier, l'homme est le leader néonazi d'une milice antigay. Son groupe, baptisé "Occupy Pedophilia", est responsable d'une série d'agressions filmées de supposés jeune homos, qui sont torturés et humiliés face caméra au nom de la "lutte contre la pédophilie".

A l'origine du réveil de la justice russe, il y avait eu la plainte d'un jeune immigré irakien. Dans une vidéo diffusée sur le web, le garçon subit le traditionnel rituel que le groupe réserve aux garçons qui aiment les garçons. Piégé sur un site de rencontre, il est, entre autres réjouissances, battu, forcé d'introduire un godemiché dans sa bouche, avant de se voir raser une partie de la tête et peindre une étoile de David sur le torse.

Sa haine antigay a fait des émules

A la tête du groupe, Maxim Martsinkevinch, 29 ans. Sur Internet, l'homme a laissé les traces d'une personnalité trouble – c'est un euphémisme – mélangeant homophobie, violence et exhibitionnisme néonazi. Le barbu trapu aime notamment se faire photographier torse nu, muscles bandés, devant un drapeau du IIIe Reich. Par le passé, il a déjà été condamné deux fois pour des incitations à la haine raciale. Après trois ans et demi de prison, il a été relâché en 2010. Avant de se spécialiser, donc, dans l'agression de jeunes homos : dans plusieurs vidéos, on le voit à visage découvert répéter le même scénario ou, tout simplement, tabasser ses victimes.

Aujourd'hui, "Occupy Pedophilia" a fait des émules sur le web russe, où les vidéos se mulitplient de garçons forcés à des aveux, aspergés d'urine, battus... L’association Spectrum Human Rights Alliance , qui lutte contre le phénomène, rapporte même la mort sous la torture d'un jeune Ouzbek . Au-delà du cas Martsinkevinch, les autorités de Moscou – dont les récentes lois antigay ont institutionnalisé l'homophobie – ont donc fort à faire si elles veulent redresser la situation des droits de l'Homme.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter