Russie : un père soupçonné d'avoir tué et démembré sa femme et ses six enfants

International
HORREUR - La police russe a interpellé dans la nuit de mardi à mercredi un quinquagénaire russe, soupçonné d'avoir tué sa femme et ses six enfants retrouvés démembrés dans leur appartement. Il pourrait également avoir tué sa mère.

Un crime insoutenable. Après la découverte à Nijni-Novgorod (450km à l'est de Moscou) des restes démembrés d'une femme enceinte et de ses six enfants âgés de moins de six ans, la police russe a interpellé le père de famille, fortement soupçonné, dans la nuit de mardi à mercredi.

Le suspect actuellement hospitalisé

Arrêté à Kovrov (250km à l'est de Moscou), le suspect nommé Oleg Belov a opposé une violente résistance aux forces de l'ordre lors de son interpellation, a annoncé l'antenne locale du Comité d'enquête, organisme chargé des principales investigations en Russie. Le père de famille est "actuellement hospitalisé, et les investigations seront menées dès qu'il sera en meilleure santé", a par ailleurs précisé dans un communiqué Vladimir Markine, porte-parole du Comité d'enquête.

La folie meurtrière d'Oleg Belov ne se serait pas arrêtée là. Ce quinquagénaire est également soupçonné d'avoir assassiné sa mère, dont le corps, marqué de plusieurs coups de couteaux, a été retrouvé à Gorokhovets (300 km à l'est de Moscou).

Les services sociaux accusés de négligence

"Nous avons l'intention de découvrir toutes les raisons ayant mené à cette tragédie", a précisé Vladimir Markine, qui a également affirmé que le service de protection de l'enfance à Nijni-Novgorod avait déjà été alerté dans le passé des risques pesant sur la vie et la santé des enfants. 

Selon les enquêteurs, la justice avait été saisie d'une demande de privation de l'autorité parentale du suspect et l'administration aurait dû prendre des mesures d'isolement des enfants. Des poursuites pour "négligence" ont donc été lancées contre le responsable du service. Le responsable des droits des enfants auprès du Kremlin, Pavel Astakhov, a lui précisé sur son compte Twitter que la famille était bien suivie par les services sociaux et qu'une demande de privation de l'autorité parentale déposée en 2011 avait été refusée à la demande de la mère.

À LIRE AUSSI
>> 
Russie : une retraitée accusée d’avoir empoisonné et démembré son amie
>> 
Il tente de vendre son fils de 3 ans sur Internet pour s'acheter une maison

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter