Saisie, la CEDH demande à Moscou d'autoriser les visites de la famille d'Alexeï Navalny et de ses médecins

Une militante munie d'une pancarte "un hôpital n'est pas une prison" demande qu'Alexeï Navalny puisse être transféré en Allemagne. Photo prise à Omsk le 21 août 2020.
International

DIPLOMATIE - Saisie ce vendredi par la famille d'Alexeï Navalny, la CEDH a demandé à Moscou de laisser la famille et les médecins de l'opposant de Vladimir Poutine venir le voir.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Alexeï Navalny, gravement malade et probablement empoisonné jeudi. Déterminé à obtenir gain de cause, son entourage a saisi ce vendredi la CEDH pour obtenir son transfert en Allemagne. Les requérants demandaient à la Cour d'"inviter le gouvernement russe à autoriser M. Navalny à être transporté en Allemagne pour y être soigné".

Quelques heures plus tard, la Cour européenne des droits de l'Homme a enjoint à Moscou d'autoriser la famille et les médecins de l'opposant russe Alexeï Navalny à lui rendre visite pour s'assurer que son état de santé permet son transfert médicalisé en Allemagne, a-t-on appris auprès de la Cour. La CEDH demande également à la Russie de veiller "sans délais" à ce qu'elle-même, sa femme et ses medecins aient accès à son dossier médical, a-t-on précisé de même source.

Un empoisonnement ?

Toute l'info sur

Le mystérieux empoisonnement d'Alexeï Navalny

Alexeï Navalny se rendait jeudi de Tomsk, en Sibérie, à Moscou en avion quand il a fait un malaise, forçant un atterrissage en urgence. Depuis, le Russe de 44 ans, placé dans un coma artificiel, est hospitalisé en réanimation à l'hôpital d'Omsk. Ses proches dénoncent un "empoisonnement intentionnel" avec "quelque chose de mélangé à son thé". Cette thèse est pour l'instant rejetée par les médecins qui l'opèrent. "Aucun poison" n'aurait ainsi été découvert dans le corps de la victime. 

Jeudi, France et Allemagne ont toutes deux offert une "aide médicale" aux proches Alexeï Navalny. Un avion médicalisé affrété par une ONG a même rejoint Omsk dans la nuit pour tenter de le ramener en Allemagne mais s'est heurté au véto des médecins russes. Une décision qualifiée de "politique" par l'entourage de l'avocat. Face à ce refus sa femme, Ioulia Navalnaïa, a demandé au président Vladimir Poutine d'autoriser son transfert, estimant réunies "toutes les possibilités pour le transport immédiat d'Alexeï sous la surveillance de médecins de haut niveau".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent