"Saloperie" : Bolsonaro vilipende un média qui le liait à l'assassinat de la militante féministe Marielle Franco

"Saloperie" : Bolsonaro vilipende un média qui le liait à l'assassinat de la militante féministe Marielle Franco
International

FOU DE RAGE – Le président brésilien Jair Bolsonaro a publié une vidéo sur les réseaux sociaux pour attaquer le média national TV Globo, qui a lié son nom à l’assassinat de la militante Marielle Franco, en 2018.

Le président brésilien Jair Bolsonaro est furieux contre la chaîne de télévision de son pays, TV Globo. En visite officielle en Arabie Soudite, il a posté une longue vidéo sur Twitter dans laquelle il écume de rage contre le média, qui a lié son nom à l’assassinat de la militante Marielle Franco. Cette élue, qui dénonçait le racisme, l’homophobie, la violence policière et les milices paramilitaires avait été criblée de balles en plein Rio avec son chauffeur, l'année dernière, sans que les commanditaires de l’assassinat ne soient identifiés.

Ce mardi, dans son journal du soir, TV Globo a affirmé que le 14 mars 2018, quelques heures avant l’assassinat, un suspect s’était rendu dans le complexe résidentiel de Rio où vivait Jair Bolsonaro, en disant qu’il rendait visite au député et candidat à la présidentielle de l’époque. Obtenus grâce à une fuite, ces éléments de l’enquête se fondaient sur les déclarations d’un concierge du complexe résidentiel.

Lire aussi

"C'est une vraie saloperie"

Quand il a eu vent du reportage en question, le président brésilien s’est emporté contre la télévision. "Toi, TV Globo, tout le temps tu as fait de ma vie un enfer, merde !", s’est exclamé Bolsonaro. "Maintenant, ils me lient à la mort de Marielle Franco : infâmes ! Canailles ! Cela ne marchera pas, je n’ai jamais eu aucune raison de tuer qui que ce soit à Rio", a martelé le chef de l’État dans sa vidéo en direct. "C’est une vraie saloperie, Globo, une saloperie", a-t-il lancé, hors de lui.

La président accuse même le média de pratiquer "un journalisme pourri" et "sans scrupule" pour le chasser du pouvoir. "Quel est l’objectif de TV Globo ?", demande Bolsonaro, "que le peuple descende dans la rue pour demander ma destitution ?". Dans un communiqué, la chaîne brésilienne dément "avoir commis la moindre saloperie" et déplore que "le président méconnaisse la mission du journalisme de qualité et insulte ceux qui ne font rien d’autre que d’informer avec précision le public brésilien".

Mais la procureure Simone Sibilio a toutefois expliqué mercredi 30 octobre que le concierge avait "menti". "Nous disposons d'enregistrements de la cabine de contrôle des entrées du complexe résidentiel et une expertise a montré que le suspect avait appelé Ronnie Lessa", soupçonné d'être le tireur, qui possède lui aussi une maison dans le complexe. Avant le démenti, TV Globo avait elle-même fait état de "contradictions" : Jair Bolsonaro ne se trouvait pas à Rio ce jour-là, mais à la Chambre des députés, à Brasilia.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent