Corée du Nord : l'ONU prive le régime de Kim Jong-Un "d'un milliard de dollars" de revenus

International
DirectLCI
DIPLOMATIE - Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi à l'unanimité une résolution renforçant sensiblement les sanctions déjà imposées à la Corée du Nord. Pyongyang devrait être privée d'un milliard de dollars de recettes annuelles.

Un milliard de dollars de recettes annuels. C'est la somme mirobolante que la Corée du Nord devrait perdre si la résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU, adoptée dans la nuit de samedi à dimanche, est respectée. Une conséquence directe des essais militaires à répétition du régime ces dernières semaines.


Cette nouvelle résolution a en effet pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation après son premier tir d'un missile intercontinental le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. La Corée du Nord a procédé le 28 juillet au tir d'un second engin similaire. Proposée par les Etats-Unis, la résolution 2371 vise à interdire des revenus tirés des exportations nord-coréennes, notamment dans les secteurs du charbon, du fer et de la pêche.

En vidéo

Nouvelle provocation de la Corée du Nord avec le tir d’un missile longue portée

Une "victoire" pour Washington

Le président américain Donald Trump a salué sur Twitter le vote unanime du Conseil de sécurité, soulignant que les nouvelles sanctions auraient "un très important impact financier" sur Pyongyang. Selon les Occidentaux, l'ensemble des nouvelles sanctions devrait conduire à priver la Corée du Nord "d'un milliard de dollars de recettes" venant de ses exportations, à condition que les nouvelles mesures soient respectées par tous les membres des Nations unies. Dans leur globalité, les exportations nord-coréennes rapportent au pays trois milliards de dollars chaque année.


Peu après, la Maison Blanche a indiqué dans un communiqué que "le président apprécie la coopération de la Chine et de la Russie pour assurer l'adoption de cette résolution". C'est d'ailleurs une "victoire" pour Washington, puisque les Etats-Unis ont su convaincre leurs partenaires chinois - premier soutien de Pyongyang - et russe de renforcer la pression internationale contre un pays accusé d'être une "menace mondiale".


Depuis le premier essai nucléaire nord-coréen en 2006, l'ONU a imposé au total, avec le nouveau texte adopté samedi, sept trains de sanctions à la Corée du Nord, dont les trois derniers, nettement plus sévères que les précédents, incluent des mesures touchant directement à l'économie nord-coréenne.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter