Scandale Harvey Weinstein : qui est Rose McGowan, personnage clé dans l'affaire ?

International
PORTRAIT - Rose McGowan est l'un des personnages clés du scandale sexuel qui secoue le tout Hollywood. Derrière l'actrice accomplie se cache une "féministe badass et dénonciatrice", ce sont ses propres mots. Portrait d'une femme engagée.

Si son nom ne vous dit rien, son visage vous parlera sans doute plus. Rose McGowan, 44 ans, a une carrière hollywoodienne bien remplie : plus d’une cinquantaine de films et séries en l’espace de 24 ans. L’actrice a accédé à la célébrité lorsqu'elle a incarné l’une des trois héroïnes de la série Charmed, Paige Matthews. Côté grand écran, elle a rencontré le succès avec Scream, avant de s’afficher aux côtés de Quentin Tarantino, dans Boulevard de la mort.


Aujourd’hui, elle tient un rôle central dans le scandale sexuel qui secoue Hollywood. Elle entend faire payer celui qu'elle accuse de l'avoir violée, Harvey Weinstein. Et mettre en lumière les agissements douteux autour de l’industrie du divertissement. Dernière cible en date ? L'ex-avocate de Harvey Weinstein Lisa Bloom (ouvertement "féministe", elle a démissionné de son rôle auprès du producteur quelques jours avant l'article du New Yorker à l'origine de tout). D'après le Daily Mail, Rose McGowan l'accuse de lui avoir proposé six millions d'euros en échange d'une déclaration dans laquelle elle aurait soutenu que le producteur avait "changé".

Rose McGowan, une actrice révoltée

Cette nouvelle sortie est une preuve que Rose McGowan ne se démonte pas. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est déterminée dans ce combat. Ce n'est pas la première fois que l'actrice s’empare des réseaux sociaux pour dénoncer des comportements de la sorte. Il y a deux ans, sur Twitter, elle critiquait ouvertement un casting pour un film d'Adam Sandler qui demandait aux femmes de se présenter en tenue légère. Ou les exigences de l'industrie pour que les actrices soient toujours plus jeunes et conformes à certains standards de beauté. Résultat, son agent l’a lâchée.


Un peu plus tard, en octobre 2016, dans une série de tweets passés quasiment inaperçus, elle révélait avoir été violée par un patron de l'industrie du cinéma. "C’est un secret de polichinelle à Hollywood et dans les médias et ils m’ont humiliée pendant qu’ils adulaient mon violeur", écrivait-elle. Sans donner de nom, mais avec cette certitude qu'il faudrait faire plus pour que les femmes victimes d'agressions sexuelles parlent.

#RoseArmy, les internautes soutiennent son action

Presque un an plus tard, l'actrice enfonce le clou. Dans une nouvelle série de tweets, adressée cette fois au fondateur d'Amazon Jeff Bezos, l'actrice américaine ose parler de "viol" et accuse Amazon Studios d'avoir fermé les yeux. "J'ai dit au patron de vos studios que Harvey Weinstein m'avait violée. Je lui ai dit et re-dit. Il a dit qu'il n'avait pas de preuve. Je lui ai répondu que c'était moi, la preuve". Résultat, le dirigeant du studio, Roy Price, a été suspendu de ses fonctions pour harcèlement sexuel... sur Isa Hackett, productrice de séries pour Amazon.

Un exemple de protestation ? Aux yeux des internautes, c'est le cas. Très vite, le hashtag #RoseArmy (l'armée [de] Rose), apporte une marque de soutien à l'actrice. Et lorsque la "punit" en suspendant temporairement son compte , la mobilisation s'organise. Plusieurs abonnés ont décidé de boycotter à leur tour le réseau social pendant 24 heures, pour protester contre son manque d’implication dans la lutte contre le harcèlement. Résultat ? Le réseau social a fini par s'excuser, et son PDG Jack Dorsey a pris la parole pour annoncer son intention de se montrer plus "agressifs" dans la réglementation des usages sur Twitter.

"Une féministe badass et dénonciatrice"

Autre soutien (indirect) de taille, et pas des moindres, celui du Président français. Et pour cause, Emmanuel Macron entend mener une procédure visant à retirer la légion d'honneur attribuée à Harvey Weinstein. Un acte salué par l'actrice, toujours par le biais de son compte Twitter. "Merci beaucoup, Emmanuel Macron. Merci d'être du bon côté de l'histoire. J'ai une immense gratitude pour votre intégrité", a-t-elle écrit. 

En février prochain, celle qui se considère comme une "féministe badass et dénonciatrice" sortira un mémoire, intitulé Brave. Une nouvelle manière à elle de "mettre en lumière une entreprise de plusieurs milliards de dollars construite sur une misogynie systémique". Affaire à suivre, donc...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter