Scandale Luxleaks : Antoine Deltour, lanceur d'alerte devant les tribunaux

International

JUSTICE – A l’origine des révélations du Luxleaks, Antoine Deltour doit répondre de divulgation de secret des affaires et de violation du secret professionnel lors de son procès qui s'ouvre mardi devant la justice pénale luxembourgeoise. Metronews vous en dit plus sur cet homme, l’un des premiers lanceurs d’alerte français.

Trois semaines après la divulgation des Panama Papers, une autre affaire remonte sur le devant de la scène. Celle de Luxleaks, le nom donné au scandale dont Antoine Deltour, le soldat inconnu des lanceurs d'alerte, est à l’origine. Ce trentenaire originaire des Vosges, qui comparaît à partir de mardi devant la justice du Luxembourg, avait dénoncé un système dont bénéficiait de grands groupes pour ne pas payer d’impôts. L'ampleur industrielle du système écœurait en effet ce jeune auditeur au sein de la filiale luxembourgeoise de Pricewater-houseCoopers (PwC), un des premiers cabinets d'audit mondiaux.

Ce qui le poussera à démissionner deux ans plus tard, en 2010, pour passer les concours de la fonction publique. Dans ses bagages, il ramène des milliers de pages confidentielles sur les pratiques d’optimisation fiscale des multinationales installées au Luxembourg. Ces documents concernaient des "rescrits fiscaux" accordés par l’administration des impôts et négociés par PwC pour le compte de ses clients. Antoine Deltour avait eu accès à ces pièces sur la banque de données de son employeur et les avait copiées avant son départ de l’entreprise.

Une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison

En 2012, il prend contact avec le journaliste Édouard Perrin, qui révèle partiellement les documents dans l’émission Cash Investigation de France 2. En 2014, c’est le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) qui reprend les résultats de ses enquêtes, sur la base des documents et les publie dans leur intégralité. Ses fuites provoquent alors une onde de choc planétaire. Antoine Deltour n’a jamais regretté son geste, malgré la peine encourue de 5 à 10 ans de prison. "Je ne comprends pas comment je pourrais être victime d’une lourde peine lorsque j’ai agi dans l’intérêt général", avait-il expliqué dans une interview à l’agence Bloomberg.


Le jour J a sonné : mardi 26 avril, Antoine Deltour va comparaître devant le tribunal correctionnel de Luxembourg aux côtés du journaliste français Édouard Perrin, à l’origine des révélations publiques, et d’un autre ancien employé de PwC, Raphaël Halet, à l’origine d’une seconde fuite de documents. Le cabinet d’audit est, de son côté, partie civile au procès. A la veille de sa comparution,  au micro de France Info ,il se dit partagé entre "impatience et anxiété", mais "également rassuré par les répercussions importantes des révélations (que j’ai) permises". Plusieurs appels à manifester devant le tribunal de Luxembourg ont été lancés ces dernières semaines, notamment par un collectif d’une vingtaine d’ONG et syndicats français, appelé "Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires".

A LIRE AUSSI 
>>
 Snowden, Assange, Brockovich : profession lanceurs d’alerte
>> Mais que devient Edward Snowden ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter