Sécurité routière : les Français boivent moins au volant... mais ils textotent

Sécurité routière : les Français boivent moins au volant... mais ils textotent

International
DirectLCI
BAROMETRE – En dix ans, les automobilistes ont amélioré certains comportements routiers à risque liés à la vitesse et à l'alcool mais de nouveaux usages dangereux progressent. C'est le cas de l’utilisation du téléphone portable, selon le Baromètre Axa sur le comportement des français au volant réalisé par TNS Sofres.

La vigilance reste de mise en termes de comportements routiers. En dix ans, les efforts pour réduire la mortalité sur les routes ont indéniablement payé : le nombre de tués a été quasiment divisé par deux. Toutefois, loin de disparaître, les comportements à risques semblent s'être renouvelés depuis 2004, date de lancement du baromètre Axa prévention sur le comportement des Français au volant.

En tête des évolutions inquiétantes : l'usage du téléphone portable au volant, révèle l'étude réalisée par TNS Sofres. Encore limitée en 2004 à 18% des automobilistes, selon leurs déclarations, la part des conducteurs téléphonant au volant est passée aujourd'hui à 34%. Au mépris du danger, 42% d'entre eux affirment même ne pas utiliser de kit mains-libres.

Une majorité de jeunes envoie des sms au volant

Sans surprise, cet usage concerne plus particulièrement les jeunes (18-25 ans), qui payent déjà le plus lourd tribut aux statistiques de la mortalité routière, première cause de décès chez cette catégorie de la population. 57% des 18-25 ans affirment même consulter ou envoyer des sms alors qu'ils conduisent, contre 21% pour l'ensemble des automobilistes.

La prévention doit donc se poursuivre en intégrant au mieux ces nouveaux comportements afin de réduire les risques, à l'image des progrès réalisés en termes de vitesse excessive et de consommation d'alcool. En effet, si 3 automobilistes sur 10 reconnaissaient, en 2004, dépasser les 170 km/h sur autoroute, ils ne sont plus que de 2 aujourd'hui. Quant à l’alcool, la part des conducteurs avouant prendre le volant après avoir bu 4 à 5 verres d’alcool a été divisée par deux en dix ans.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter