Séisme et tsunami en Indonésie : le bilan dépasse les 2000 morts, une équipe de pompiers normands renvoyée en France

International
TSUNAMI - Huit jours après le violent séisme et le tsunami qui ont frappé les îles indonésiennes des Célèbes, les autorités indonésiennes évoquent désormais le chiffre de 2000 morts et craignent que 5000 personnes soient toujours sous les décombres. Suivez les dernières informations sur cette catastrophe.
Live

CE QUE L'ON SAIT :


• Un puissant séisme suivi d'un tsunami a frappé vendredi l'île des Célèbes en Indonésie. D'une magnitude de 7,5, le séisme a été plus puisant que la série de tremblements de terre que l'Indonésie a connue en août et qui avait fait 500 morts.


• 1948 personnes ont perdu la vie dans cette catastrophe, selon un nouveau bilan - encore provisoire.  5000 personnes sont en effet disparues. 200 000 nécessitent une aide humanitaire d'urgence.


•   L'agence de gestion des catastrophes a indiqué que les recherches se  poursuivraient jusqu'au 11 octobre, date à laquelle les disparus seront  considérés comme présumés morts. 


• La plupart des victimes ont été recensées jusqu'à présent à Palu, une  agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest des Célèbes.

DES POMPIERS NORMANDS REFOULÉS


Un groupes de pompiers français, issus de l'association "Pompiers humanitaires" s'est rendu en Indonésie mais n'a pas été autorisé à intervenir auprès des populations sinistrées. Les bénévoles normands avaient pourtant les compétences pour potabiliser l'eau. Renvoyés de Djakarta vers Bornéo, ils ont ensuite été priés de rentrer en France sans même pouvoir laisser leurs médicaments à des ONG locales. Voici leur récit dans ce post Facebook. 

11 OCTOBRE

 

L'agence de gestion des catastrophes a indiqué que les recherches se  poursuivraient jusqu'au 11 octobre, date à laquelle les disparus seront  considérés comme présumés morts. 

DISPARUS


Les services de secours indiquent qu'on dénombre encore plus de 5000 disparus présumés après le séisme et le tsunami.

NOUVEAU BILAN


Le bilan du séisme et du tsunami qui ont frappé vendredi dernier l'île des Célèbes, en Indonésie, s'établit désormais à 1.558 morts, selon le nouveau bilan communiqué vendredi par l'agence nationale de gestion des catastrophes.

SPÉCIALISTES FRANCAIS


La France enverra samedi une quarantaine de  spécialistes pour aider à fournir de l'eau potable aux victimes du séisme et du  tsunami qui ont frappé l'île.

BILAN 


Selon un nouveau bilan - toujours provisoire - donné par un porte-parole de l'armée, au moins 1411 personnes ont perdu la vie dans la catastrophe.

REGARDEZ


Ces images filmées par drone montrent l'étendue des dégâts dans les environs de Palu, l'une des villes ravagées par le séisme et le tsunami.

BILAN


"Le bilan total est de 1407 morts", a indiqué le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes naturelle, au cours d'un nouveau point presse. Les autorités se sont fixé jusqu'à vendredi, soit une semaine après la catastrophe, pour retrouver d'éventuels survivants. Au-delà, les chances seront proches de zéro.

CE QUE L'ON SAIT :


• Un puissant séisme suivi d'un tsunami a frappé vendredi l'île des Célèbes en Indonésie. D'une magnitude de 7,5, le séisme a été plus puisant que la série de tremblements de terre que l'Indonésie a connue en août et qui avait fait 500 morts.


• 1948 personnes ont perdu la vie dans cette catastrophe, selon un nouveau bilan - encore provisoire.  5000 personnes sont en effet disparues. 200 000 nécessitent une aide humanitaire d'urgence.


•   L'agence de gestion des catastrophes a indiqué que les recherches se  poursuivraient jusqu'au 11 octobre, date à laquelle les disparus seront  considérés comme présumés morts. 


• La plupart des victimes ont été recensées jusqu'à présent à Palu, une  agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest des Célèbes.

L'ALERTE DE L'ONU


Selon le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), les besoins sur l'archipel indonésien des Célèbes sont "immenses", tant pour les survivants que pour les secours. Près de 200.000 personnes nécessitent une aide humanitaire d'urgence, parmi lesquels des dizaines de milliers d'enfants.

Urgent

NOUVEAU BILAN


Mercredi, un nouveau bilan établit le nombre de victimes à 1374. "Le bilan est désormais de 1374 morts et 113 blessés", a annoncé Willem Rampangilei, directeur de l'agence indonésienne de gestion des catastrophes naturelles.

RAYÉE DE LA CARTE


17 000 personnes ont perdu leur maison.

Indonésie : les habitants de Palu prennent la fuite

Indonésie : les habitants de Palu prennent la fuite

MANQUE D'ANTICIPATION ?


L'aide humanitaire tarde à arriver.

Indonésie : la colère des sinistrés

Indonésie : la colère des sinistrés

ESPOIR


Un heureux dénouement au milieu du désastre : un couple séparé par le tsunami a pu être réuni après 48 heures d'angoisse. Azwan, fonctionnaire de 38 ans, était sans nouvelles de sa femme Dewi, emportée par la vague qui a déferlé sur Palu. Après avoir passé deux jours à chercher dans les morgues de fortune et les hôpitaux, il a retrouvé sa compagne en vie et en bonne santé. "J'étais si heureux, j'étais rempli par l'émotion, Dieu merci, j'ai pu la revoir", a-t-il témoigné auprès de l'AFP. 

Urgent

NOUVEAU BILAN


Le bilan s'alourdit : l'agence de gestion des catastrophe annonce que l'on dénombre 1.234 morts.

AVANT/APRÈS


Les images satellite prises avant et après le tsunami qui a dévasté la ville de Palu :

NOUVEAUX SÉISMES 


Dans la nuit de lundi à mardi, deux nouveaux séismes de magnitude 5,9 et 6 ont eu lieu au large de l'île de Sumba, à 1600 kilomètres au sud de l'île des Célèbes.


La première secousse a été enregistrée à 23h59 lundi, à 40 km de Sumba et à une profondeur de 10 km, où vivent 750 000 personnes. 


La deuxième, la plus forte est arrivée 15 minutes plus tard dans le même secteur à 30 km de profondeur, précise l'AFP. 

Urgent

NOUVEAUX SÉISMES 


Deux nouveaux séismes ont été enregistrés de magnitude 5,9 et 6 près de l'île de Sumba, au sud de l’Indonésie.

Urgent

ETUDIANTS DISPARUS


34 étudiants en théologie ont péri sous les décombres d'une église du nord de l'île des Célèbes, 52 sont portés disparus, rapporte l'AFP. 


"34 corps ont été retrouvés par l'équipe de secouristes" a annoncé Mme Aulia Arriani, porte-parole de la Croix-Rouge locale. 86 étudiants en tout avaient été portés disparus, alors qu'ils participaient à une retraite religieuse dans le district de Sigi Biromaru. 

ONU


L'ONU estime que 191.000 personnes ont besoin d'aide humanitaire.


Quelque 46.000 enfants et 14.000 personnes âgées, les populations les plus vulnérables qui résident souvent loin des centres urbains où le gouvernement concentre ses efforts, ont besoin d'aide, détaille le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (UNOCHA) dans son évaluation.

VU DU CIEL


De nouvelles images aériennes viennent témoigner de l'ampleur du chaos et de l'urgence. Trois jours après le séisme et le tsunami qui ont ravagé l'île des Célèbes, faisant au moins 832 morts, les équipes de sauveteurs peinent à atteindre les zones les plus reculées. Des centaines de victimes pourraient être encore piégées dans les décombres. 

Urgent

BONNE NOUVELLE


Les trois Français portés disparus après le séisme et le tsunami ont été retrouvés sains et saufs, indique le Quai d'Orsay.

AIDE INTERNATIONALE


L'association Pompiers de l'Urgence Internationale, basée à Limoges (Haute-Vienne) a annoncé qu'une équipe de cinq pompiers spécialistes 

des opérations de sauvetage partaient ce lundi pour les Célèbes. Elle s'envole avec du matériel de localisation de victimes (scanner de recherche, caméra, capteur sismique) ainsi qu'une station de potabilisation d'eau.

SAUVETAGES


Trois jours après le drame, les opérations de sauvetages se poursuivent :

PRISON BREAK


Jusqu'à 1200 détenus sont parvenus à s'enfuir de trois différentes prisons surchargées de Palu et Donggala, a annoncé le gouvernement.


"Je suis sûr qu'ils se sont évadés parce qu'ils craignaient d'être touchés par le tremblement de terre. C'est évidemment une question de vie et de mort pour les prisonniers", a déclaré une responsable du ministère de la Justice, Sri Puguh Utami, à l'AFP.

SOLIDARITÉ


Le gouvernement indonésien a lancé lundi un appel à l'aide internationale à la suite du tremblement de terre suivi d'un tsunami qui a frappé l'île indonésienne des Célèbes, faisant au moins 832 morts.


Le président indonésien Joko Widodo "nous a autorisés à accepter l'aide internationale d'urgence pour répondre au désastre", a déclaré Tom Lembong, un  responsable gouvernemental, alors que des dizaines d'agences humanitaires et d'organisations non gouvernementales se sont dites prêtes à apporter une assistance d'urgence après cette catastrophe majeure à laquelle doivent faire face les autorités de Jakarta.

QUAI D'ORSAY 


D'après le Ministère des Affaires étrangères, sur place, "les communications sont toujours coupées. L’aéroport de Palu, endommagé lors du séisme, est fermé aux vols commerciaux jusqu’au 4 octobre prochain". Il est précisé que "tout projet de voyage dans cette région doit être reporté. Les voyageurs se trouvant actuellement dans cette zone doivent suivre les consignes données par les autorités locales".


L'ambassade de France en Indonésie indique sur son site que "des répliques sismiques continuent de se produire fréquemment. Il est recommandé aux personnes présentes sur la zone de s’éloigner des bâtiments endommagés".

IMAGES AMATEUR


Voici de nouvelles images amateur publiées ce dimanche matin qui, là encore, témoignent de la violence du tsunami.

ENTERREMENTS DE MASSE


Face aux risques sanitaires, les autorités indonésiennes ont prévu des enterrements de masse dès aujourd'hui. "Nous allons commencer les enterrements de masse pour éviter la propagation des maladies", a ainsi averti le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes. 

PILLAGES


Dans les supermarchés aux vitres cassées, la population de Palu s'empresse de remplir des sacs de nourriture, avec l'accord des autorités. Car, avec l'aide qui tarde à venir, les représentants indonésiens ont annoncé que le pillage ne serait pas sanctionné, et les propriétaires des magasins remboursés.


"On a demandé (aux distributeurs) Alfamart et Indomaret de laisser les gens prendre des marchandises. Il faut qu'ils enregistrent tout et nous paierons, ce ne sera pas du pillage", a ainsi annoncé le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.

REPORTAGE


Les dernières images en provenance de Palu témoignent d'une zone sinistrée, devenue le théâtre de pillages.

APPEL AUX DONS


Toutes les infos utiles si vous souhaitez donner aux associations d'aide aux sinistrés des Célèbes.

Séisme en Indonésie : comment faire un don aux sinistrés des îles des Célèbes

Séisme en Indonésie : comment faire un don aux sinistrés des îles des Célèbes

PÉNURIE


Deux jeunes habitants des îles Célèbes siphonnent les véhicules qu'ils croisent sur leur chemin, signe de la pénurie de carburant que subit la ville de Palu. Dans les stations services à proximité, la foule remplit des jerrycans, des bouteilles, et même des casseroles avec le précieux liquide.


"Il n'y a qu'une station service qui fonctionne, les gens sont désespérés" a ainsi expliqué un photographe local, interrogé par l'AFP.

SACRIFICE


Un jeune contrôleur aérien a voulu remplir sa mission jusqu'au bout. Une action héroïque qui lui aura coûté la vie. 

Indonésie : resté à son poste pendant le séisme, ce contrôleur aérien devient un héros national

Indonésie : resté à son poste pendant le séisme, ce contrôleur aérien devient un héros national

71 ÉTRANGERS 


L'agence de gestions des catastrophes indonésienne a indiqué que 71 étrangers se trouvaient à Palu au moment du tremblement de terre. Parmi eux, trois Français, "dont on ne connaît pas la situation", tout comme un Malaisien et un Sud-Coréen. Les autres ressortissants étrangers ont été retrouvés ou évacués. Parmi eux, un Allemand et un Belge. 

DÉPLOIEMENT MILITAIRE 


Le président indonésien, Joko Widodo, est arrivé sur place pour observer le déploiement militaire dans la zone dévastée par le séisme. S'adressant aux soldats, il leur a demandé : "d'être prêts à travailler jour et nuit pour 

procéder aux évacuations" et aider la population, selon un communiqué de la 

présidence.

PILLAGES


Dans la ville en ruine de Palu, les habitants doivent faire face à une pénurie de nourriture, d'eau et de carburant. Certains ont donc commencé à se servir dans les supermarchés et stations services. Un pillard se justifie, auprès d'un journaliste de l'AFP : "C'est une crise : il n'y a pas de nourriture, rien. A manger et de l'eau, c'est ce dont nous avons désespérément besoin".


Des avions chargés de matériel et de nourriture ont tout de même pu atterrir à l'aéroport de Palu, dont plusieurs pistes restent inutilisables.

RECHERCHES


 Des équipes de sauveteurs en combinaison orange continuent leurs recherches dans les décombres de l'hôtel Roa-Roa, à Palu. Une jeune femme a été retrouvée saine et sauve dans le bâtiment en ruine, selon le site indonésien Detik.com. Mais le propriétaire de l'établissement, qui pouvait héberger jusqu'à 150 clients, a déclaré qu'une soixantaine de personnes pouvaient encore être coincées sous les gravats. 

SAUVETEURS


Au centre commercial de Palu, des agents utilisent une grue pour se rendre jusqu'au troisième étage. Les recherches continuent dans cette ville côtière pour trouver les dizaines, voire centaines, de victimes toujours piégées sous les décombres. 

Urgent

3 FRANÇAIS DISPARUS


Selon les secours indonésiens, cités par l'agence Reuters, 3 Français sont portés disparus dans la région de Palu ainsi que'un Sud Coréen et un Malaisien.

Urgent

832 MORTS


Le bilan vient d'être revu considérablement à la hausse par les autorités qui donne désormais le chiffre de 832 morts. 

SURVIVANTS 


"Nous avons réussi à extraire une femme vivante de l'hôtel Roa-Roa la nuit  dernière", a indiqué ce dimanche matin à l'AFP Muhammad Syaugi, chef des services de secours. "Et  nous avons même entendu des gens qui criaient à l'aide".

DRONE


Voici la ville de Palu vue du ciel - 350.000 personnes vivent sur place. 

NOUVELLES IMAGES


Voici les dernières images qui nous sont parvenues depuis Palu cette nuit. 

CE QUE L'ON SAIT :


- Un puissant séisme suivi d'un tsunami a frappé vendredi l'île des Célèbes en Indonésie. D'une magnitude de 7,5, le séisme a été plus puisant que la série de tremblements de terre que l'Indonésie a connue en août et qui avait fait 500 morts.


- 1407 personnes ont perdu la vie dans cette catastrophe, selon un nouveau bilan établi mercredi - encore provisoire. Plus de 61.000 personnes ont été déplacées et 200 000 nécessitent une aide humanitaire d'urgence.


- 3 Français, portés disparus, ont été retrouvés sains et saufs, indique le Quai d'Orsay.


-  La plupart des victimes ont été recensées jusqu'à présent à Palu, une  agglomération de 350.000 habitants située sur la côte ouest des Célèbes.


- Alors que 66.000 logements ont été détruits, les hôpitaux locaux peinent à faire face à cette situation d'urgence.

BILAN


"On estime que 10.000 réfugiés sont disséminés sur 50 sites à Palu", a déclaré  ce samedi soir le directeur du BNPB cité par le site d'informations Kompas. "Nous avons des difficultés à déployer de l'équipement lourd pour retrouver des victimes dans les décombres des bâtiments car de nombreuses routes conduisant à Palu sont endommagées."

Urgent

BILAN 


Le bilan - encore provisoire - de l'agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB) atteint désormais 420 morts dans la seule ville de Palu, où des dizaines de personnes sont toujours prises au piège des décombres. Le précédent bilan faisait état de 384 morts, ainsi que 540 blessés et 29 disparus.

SANS NOUVELLE


Le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes n'est guère optimiste concernant le bilan. "Nous pensons que des dizaines ou des centaines (de victimes) n'ont pas encore été dégagées des décombres. Le principal centre commercial de Palu (...) s'est effondré". "L'hôtel Rua-Rua (...) s'est affaissé, il avait 80 chambres dont 76 étaient occupées", a-t-il souligné.


"La Croix-Rouge indonésienne est engagée dans une course contre la montre pour porter assistance aux survivants mais nous ne savons pas ce que nous allons trouver là-bas", a observé Jan Gelfand, un responsable de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du  Croissant-Rouge (FICR) à Jakarta.


Il ajoute qu'au Nord de Palu, Donggala, semble coupée du monde. "Nous n'avons pas d'informations de Donggala", au nord de Palu, "et c'est très préoccupant", a-t-il souligné.

EN IMAGES 


Le bilan provisoire est toujours de près de 400 morts 

DERNIER BILAN 


Au cours d'une conférence de presse, Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes, a indiqué que le bilan s'élevait à 384 morts et 540 blessés. 


"Nous avons déployé des milliers de personnes, notamment de l'armée et de la police". Plus de 17.000 personnes ont été évacuées à ce stade, un chiffre qui devrait augmenter, selon l'agence.

Le bilan du violent séisme et du tsunami qui ont frappé l'archipel des Célèbes vendredi est désormais de près de 2000 morts. Mais il risque encore de s'alourdir dans les prochaines heures.  Les autorités ont indiqué dimanche  craindre que jusqu'à 5.000 personnes soient disparues, prisonnières des  décombres. Il n'y a quasiment plus d'espoir de retrouver des survivants à présent et  les efforts se concentrent désormais sur la récupération des corps et leur  comptage.  L'agence de gestion des catastrophes a indiqué que les recherches se  poursuivraient jusqu'au 11 octobre, date à laquelle les disparus seront  considérés comme présumés morts. 

   

L'aide humanitaire se déploie.  Quelque 200.000 personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire dans la  région. La nourriture et l'eau potable manquent et de nombreuses victimes qui  ont tout perdu dépendent de l'aide pour survivre.

L'aide humanitaire commence à être déployée plus largement alors que des  ONG et l'armée parviennent petit à petit à surmonter les obstacles logistiques.


L'étendue des dégâts toujours difficile à établir. Mais dans les zones les plus reculées, l'étendue des dégâts reste inconnue  et les premiers hélicoptères parviennent tout juste à amener des vivres et du  matériel.      La Croix-Rouge a estimé lundi avoir soigné plus de 1.800 personnes dans ses  cliniques et apporté des premiers secours à un nombre équivalent de victimes.


Des quartiers "aspirés" dans le sol.  A Palu, ville la plus touchée (350 000 habitants) certains quartiers se sont enfoncés dans la terre comme  aspirés, quand les secousses telluriques ont transformé le sol en sables  mouvants, un processus connu sous le nom de liquéfaction.


Sarjono, un habitant de Balaroa est d'accord pour abandonner la zone où de  nombreux corps de victimes devraient restés ensevelis "mais seulement si on  nous reloge. Sinon où va-t-on vivre?", demande-t-il.



 

Vagues à 800km/h

 Plusieurs milliers d'habitations, ainsi que des hôpitaux, des centres commerciaux et des hôtels se sont effondrés et un pont a été emporté, a-t-il ajouté. La principale autoroute menant à Palu a été coupée par un glissement de terrain.

"Le tsunami n'est pas venu tout seul, il a entraîné des voitures, des troncs d'arbres, des maisons", a expliqué le porte-parole du BNPB, ajoutant qu'en pleine mer, les vagues du tsunami avaient pu atteindre une vitesse de 800 km/h.

En vidéo

Séisme en Indonésie : la ville de Palu avant et après

Polémique sur la levée de l'alerte tsunami

L'institut météorologique et de géophysique indonésien a lancé une alerte au tsunami et l'a levée après 34 minutes plus tard. Beaucoup le lui reprochent, mais les autorités assurent que les vagues ont déferlé avant la levée de l'alerte. Ce séisme de 7,5 est d'une magnitude plus importante que la série de tremblements de terre qui ont fait plus de 500 morts et environ 1.500 blessés en août sur l'île de Lombok, voisine de Bali.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Indonésie : l'île des Célèbes dévastée par un séisme et un tsunami

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter