Séparation des familles de migrants aux États-Unis : Bono interpelle les élus, l'État de New York engage des poursuites judiciaires contre le gouvernement

INTERNATIONAL - Le chanteur et militant irlandais Bono a exhorté mardi des élus du Congrès américain à pousser le président Donald Trump à abandonner sa politique "complètement contraire aux valeurs américaines", consistant à séparer les enfants et les parents migrants. Le démocrate Andrew Cuomo a annoncé de son côté poursuivre en justice le gouvernement pour violation de la Constitution.

Le leader du groupe U2, qui vient de donner des concerts dans la région de Washington, a évoqué avec des parlementaires républicains et démocrates au Capitole la détresse de plus de 2.300 enfants, séparés de leurs parents après avoir traversé illégalement la frontière américano-mexicaine. "J'ai parlé à de nombreux républicains", a affirmé Bono à l'AFP. "Ils disent qu'ils veulent trouver une solution mais ça doit tout simplement s'arrêter (...). C'est complètement contraire aux valeurs américaines", a-t-il ajouté.

Bono est le cofondateur de the ONE Campaign, qui lutte contre la pauvreté et le VIH. Il se trouvait au Congrès pour remercier des parlementaires de financer des programmes de développement international.

Le gouverneur de New York évoque une violation de la Constitution

Le démocrate Andrew Cuomo a annoncé mardi que l'Etat de New York allait engager des poursuites contre l'administration du

président républicain Donald Trump à propos de sa décision de séparer les enfants des immigrés clandestins de leurs parents. 


"La politique de l'administration Trump visant à mettre en pièces des familles est un manquement moral et une tragédie

humaine", déclare Andrew Cuomo dans le communiqué annonçant le procès. La séparation des parents et des enfants à la frontière constitue une violation de leurs droits en vertu de la Constitution américaine, de la jurisprudence de la Cour suprême

des États-Unis et d'un accord de 1997 qui établit des normes pour le traitement des enfants détenus pour des raisons

d'immigration, indique le gouverneur.


Andrew Cuomo précise qu'il va donner l'ordre à plusieurs agences de l'Etat de New York d'entamer une action en justice au nom de quelque 70 enfants qui se trouvent dans une dizaine d'institutions fédérales réparties dans l'Etat de New York.

Le ministre de la Justice Jeff Sessions a annoncé en avril une politique de "tolérance zéro" selon laquelle les migrants

interpellés pour avoir tenté de franchir la frontière américano-mexicaine de façon illégale doivent être poursuivis au pénal. Cette politique a conduit à des séparations familiales parce que lorsque les agents des frontières renvoient les migrants appréhendés devant les tribunaux, les parents sont détenus dans des prisons fédérales en attendant d'être jugés tandis que les enfants restent sous la garde des agents des frontières ou sont transférés sur des sites gérés par l'Office de relogement des

réfugiés, une agence du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Enfants séparés de leurs parents : la politique migratoire américaine soulève l’indignation

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter