Sept personnes arrêtées après un incident à bord d'un pétrolier au large de l'Angleterre

Le pétrolier naviguait au large de Shanklin, au sud de l'île de Wight

POLICE - Sept personnes suspectées d'avoir menacé un équipage et pris le contrôle d'un pétrolier au large de l'Angleterre ont été arrêtées ce dimanche soir, indique la police britannique.

Sept suspects ont été arrêtés dans la soirée du dimanche 25 octobre par les forces armées britanniques qui ont "repris le contrôle" d'un pétrolier au sud de l'Angleterre, dont l'équipage avait été menacé par des passagers clandestins à son bord, a annoncé le ministère de la Défense. Cette intervention de l'armée a ainsi mis un terme à une situation de crise qui avait débuté environ dix heures auparavant au large de l'île de Wight.

L'équipage "sain et sauf"

"En réponse à une demande de la police, le ministère de la Défense et le ministère de l'Intérieur ont autorisé des membres des forces armées à monter à bord d'un navire dans la Manche pour assurer la sécurité des vies et d'un navire qui faisait l'objet d'une suspicion de piratage", a tweeté le ministère de la Défense. "Les forces armées ont repris le contrôle du bateau et sept personnes ont été arrêtées", selon la même source, précisant que selon les premiers éléments disponibles, l'équipage est "sain et sauf". "Les investigations de la police vont maintenant se poursuivre."

Selon Sky News, "une demi-douzaine de passagers clandestins avaient été découverts" à bord du bateau dans la journée, obligeant l‘équipage à se réfugier dans certaines parties du navire. "Il s’agit clairement d’un incident grave qui se déroule", poursuivait le média britannique. "Les autorités veillent à ce que le pétrolier ne cause aucun dommage et veulent s’assurer que tous les autres navires sont en sécurité et à l’écart. La priorité absolue des autorités est de s’assurer que l’équipage est en sécurité."

Le bateau "zigzaguait" depuis le début de la matinée

Sky News ajoutait qu'une zone de cinq miles nautiques avait été mise en place autour du navire. Interrogé par le média britannique, l’ancien contre-amiral, Christopher Parry, avait lui expliqué que le fait que le bateau "zigzaguait dans une seule position". Cela "indique qu’ils ne savent vraiment pas quoi faire", et suggère que "le capitaine et l’équipage ne contrôlent pas le navire", poursuivait-il.

Le cabinet Tatham & Co, représentant les propriétaires du navire, avait auparavant assuré à la BBC à "100%" qu'il ne s'agit pas d'une tentative de piraterie, piste évoquée précédemment par certains médias britanniques. La présence de passagers clandestins à bord était connue depuis un moment, a assuré à la BBC le cabinet.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter