Sexe, drogue : Qui est Rurik Jutting, le trader tueur de prostituées ?

International
DirectLCI
PORTRAIT - Les témoignages affluent suite à l'arrestation à Hong Kong de Rurik Jutting, accusé d'avoir massacré deux prostituées dans son appartement. Et le moins que l'on puisse dire est que le profil dépeint de ce trader britannique de 29 ans est franchement inquiétant...

Quatre jours après le drame, on en sait un peu plus sur la personnalité du trader britannique Rurik Jutting, accusé d'avoir tué deux prostituées à son domicile de Hong-Kong . Le suspect, passé par l'université de Cambridge, menait un train de vie plus que confortable, grâce à son travail à la Bank of America Merril Lynch. Selon plusieurs médias britanniques, il y gagnait un "salaire à six chiffres". Qui manifestement permettait à ce jeune homme de très bonne famille, originaire du Surrey, de faire régulièrement appel à la compagnie de prostituées.

Côté voisinage, on assure que l'homme était "discret", "peu souriant". "Il ne fallait pas attendre un bonjour de sa part", surenchérit un épicier. Dans son quartier, on assure ne l'avoir jamais vu en compagnie d'une compagne. Pour autant, le Daily Mail l'assure  : l'homme a déjà été en couple, mais avant son arrivée à Hong Kong. Cette amie lui a brisé le cœur il y a deux ans, en le trompant alors qu'elle venait de déménager à New York pour un emploi. Le couple, qui était fiancé, avait rompu. Une rupture qui a, selon plusieurs sources, dévasté le jeune homme.

13.000 euros les soirées

Depuis, l'homme a eu d'autres compagnes, mais rien de bien sérieux. L'une d'entre-elles, qui l'a fréquenté pendant l'été 2013, a témoigné dans les colonnes du Daily Mail : "C'était une très gentille personne avec moi parce que j'étais sa copine. Il était très strict avec les gens autour de lui. Il avait plein de pratiques sexuelles différentes, il aimait avoir deux, trois filles en même temps. Il n'a jamais été violent avec moi".

Selon plusieurs proches, l'homme avait aussi l'habitude de multiplier les soirées dans son appartement de Hong Kong avec plusieurs prostituées et surtout, beaucoup de drogues. Le journal Mirror révèle ainsi que le jeune homme payait 1300 euros chacune de ses prostituées, pour organiser des parties de débauche à son domicile, où drogue et alcool coulaient à flots. En tout, le trader dépensait 13.000 euros pour organiser ce genre de soirée.

"Je soupçonne qu'il faudra s'adresser au Diable"

Mais comment expliquer un tel déchaînement de violences ? L'homme, sans aucun doute, avait du basculer du côté obscur depuis un moment déjà : les enquêteurs ont retrouvé dans son téléphone portable - laissé en évidence sur la scène de crime - près de 2000 photos de femmes tuées. Ce qui laisse à penser que Rurik Jutten a peut-être fait d'autres victimes, avant de s'en prendre aux Indonésiennes Sumarti Ningsih et Seneng Mujiasih.

Reste que l'homme avait clairement prémédité cette boucherie : plusieurs médias américains ont rapporté qu'il avait démissionné de son poste de trader juste avant les faits. Détail plus troublant encore : comme le rapporte l'agence de presse Bloomberg , ses anciens collègues qui lui envoyaient un message recevait ce courriel suivant : "Je suis parti du bureau. Indéfiniment. Pour des requêtes urgentes, ou n’importe quelle requête, merci de contacter quelqu’un qui n’est pas un psychopathe insensé. […] Pour aller plus loin, merci de contacter Dieu, même si je soupçonne qu'il faudra plutôt s'adresser au Diable (ce message ne vaut que si j'ai mené mon projet à bien...)"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter