Sommet Trump-Kim : hôtels, transports... qui va payer la facture ?

CHÈRE DIPLOMATIE - Singapour doit accueillir mardi le face-à-face historique entre le leader nord-coréen Kim Jong Un et le président américain. La rencontre doit se dérouler dans un hôtel de luxe, dont le règlement - ainsi que celui des frais annexes - n'a pour l'instant pas été évoqué.

Malgré leurs divergences, Donald Trump et Kim Jong-Un parviendront-ils à trouver un compromis ? Après des mois de tensions, les deux hommes se retrouvent mardi à Singapour à l’occasion d’un sommet historique, largement consacré à la question du nucléaire. Si l’issue des négociations demeure incertaine, la facture de la rencontre, elle, promet d’être salée. Tout sauf un détail quand il s’agit de la Corée du Nord, qui n’apprécie guère de payer la douloureuse.


Une douloureuse qui porte bien son nom. La délégation nord-coréenne est descendue au St. Regis. Cet hôtel de luxe met par exemple à disposition des majordomes et une flotte de Bentleys. La nuit dans la suite présidentielle, elle, va chercher dans les 6.700 dollars. Petit déjeuner compris. L'établissement possède en outre une collection privée de plus de 70 oeuvres d'art, avec Picasso et Miro en tête de gondole.

Singapour, financier des dépenses nord-coréennes

Il est fort probable que la Corée du Nord, visée par de nombreux trains de sanctions, n'aura rien à payer. Cela a visiblement été anticipé : le week-end dernier, le ministre singapourien de la Défense Ng Eng Hen a déclaré que son richissime gouvernement était prêt à prendre en charge certaines des notes de frais nord-coréennes, afin de prendre sa part de cette "réunion historique". Mais c'est souvent vers les Sud-Coréens que les regards se tournent quand il s'agit de payer la facture de leurs voisins : Séoul avait débloqué 2,86 milliards de wons (2,7 millions de dollars) pour héberger l'imposante délégation du Nord aux jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, qui ont joué un rôle central dans la détente actuelle sur la péninsule. C'était déjà la Corée du Sud qui avait pris la note des Nord-Coréens lors de leur venue aux jeux Asiatiques de 2002 et 2014.


Toutefois, l'exception de l'offre du ministre singapourien, les gouvernements étrangers n'ont montré aucun empressement à prendre en charge la facture. "Nous ne paierons pas leurs frais", a ainsi annoncé la porte-parole du département d'Etat américain, Heather Nauert. Un porte-parole du président sud-coréen, Moon Jae-In, a indiqué que ce dernier n'avait pas non plus l'intention de mettre la main à la poche. 

"Nous sommes prêts à en prendre en charge le coût"

Prix Nobel de la Paix 2017, l'organisation Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN), a proposé lundi de mettre la main au portefeuille, en puisant dans la somme reçue avec la prestigieuse distinction. "Si la tenue du sommet est menacée par des questions d'argent, nous sommes prêts à en prendre en charge le coût car il s'agit d'une rencontre historique importante", a dit à l'AFP Akira Kawasaki, un représentant d'ICAN. Newsweek rapporte de son côté que le site de voyage HotelPlanner.com propose de payer le gîte et le couvert du leader nord-coréen.


Si Singapour et l’ICAN ont proposé de sortir le chéquier, il se pourrait que l’addition soit finalement payée par Washington ou Pyongyang. C’est en tout cas ce que les spécialistes des questions coréennes ont déclaré ces derniers jours. Beaucoup considèrent comme un comble l'idée qu'un pays qui a dépensé des milliards de dollars pour acquérir des armes nucléaires ne paie pas ses nuitées...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter