Sommet de l'Otan : Donald Trump attaque Emmanuel Macron et s'en prend aux "mauvais payeurs"

Sommet de l'Otan : Donald Trump attaque Emmanuel Macron et s'en prend aux "mauvais payeurs"
International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

DÉFENSE - Le président américain Donald Trump a taclé violemment son homologue français mardi avant le sommet du 70e anniversaire de l'Otan. Les deux chefs d'Etats doivent se rencontrer dans la journée.

Le sommet sur l'Otan débute dans un contexte électrique. Donald Trump a qualifié mardi de "très insultant" le jugement de "mort cérébrale" porté par le président français Emmanuel Macron sur l'Otan, avant de dénoncer les "mauvais payeurs" qui ne contribuent pas assez aux dépenses pour la défense.

Interrogé par la presse avant le début du sommet, Donald Trump a taclé son homologue en présence du secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg : "Je pense que c'est très insultant", a déclaré Donald Trump, se disant "très surpris" par la déclaration faite par Emmanuel Macron dans une interview à The Economist. Une déclaration selon lui "très dangereuse" pour la France. "Personne n'a besoin de l'Otan plus que la France", a-t-il affirmé. Les propos du président français avait déjà suscité ces derniers jours de vives tensions avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. 

Lire aussi

"Il y a encore beaucoup de mauvais payeurs et c'est injuste"

Donald Trump devait rencontrer Emmanuel Macron dans la journée de mardi pour discuter avec le président français des griefs contre l'Otan. L'occasion pour les deux hommes d'évoquer leurs dissensions, notamment celle concernant les dépenses de défense. Donald Trump veut maintenir la pression sur les alliés pour leur faire respecter leur engagement de consacrer 2% de leur PIB à leur budget militaire en 2024. La France dépensera l'équivalent de 2% en 2025, mais l'Allemagne, à 1,42% en 2020, ne respectera pas son engagement avant le début de la décennie 2030. 

"Quand je suis arrivé (en 2016), j'étais en colère contre l'Otan. Mais maintenant nous avons obtenu 130 milliards de dollars", a déclaré M. Trump en référence à la somme que le Canada et les membres européens ont ajoutée aux budgets de la défense en quatre ans. Jens Stoltenberg assure qu'elles atteindront 400 milliards en 2024. Mais Donald Trump reste insatisfait. "Il y a encore beaucoup de mauvais payeurs et c'est injuste", a-t-il dénoncé, en citant nommément l'Allemagne. Seuls neuf des 29 membres de l'Otan ont consacré 2% de leur PIB à la défense en 2019.

Brève accalmie lors de leur rencontre

“Avant de commencer je voudrais d’abord payer mes respects au 13 militaires tués en Afrique, toutes mes condoléances vont aux familles françaises” a déclaré Donald Trump pour entamer la déclaration commune des deux chefs d'Etat lors de leur rencontre à Londres, ce mardi 3 décembre.

En vidéo

Macron-Trump à l'Otan

"Nous allons parler de beaucoup de choses, y compris de l’amélioration des échanges commerciaux. Nous avons un petit litige et nous allons devoir travailler sur ce point mais nous avons de bonnes relations et je suis sure que dans un délai très court les choses se seront considérablement améliorées", a assuré le président américain, l'air convaincu. Rappelant ensuite les nombreux domaines où la France et les Etats-Unis s'entendent, Donald Trump a déclaré que lui et son homologue prévoyaient "de faire encore beaucoup de progrès dans l'heure qui suit".

Emmanuel Macron a ensuite pris la parole pour dire sensiblement la même chose, après avoir remercié Donald Trump pour ses propos à l'égard des militaires. Il a donc confirmé qu'ils allaient discuter ensemble "des sujets économiques et commerciaux et des sujets qui concernant l’OTAN". 

"La coopération entre nos deux pays, qu'elle soit militaire, économique ou diplomatique, est importante", a-t-il encore ajouté. "Ils nous arrivent de ne pas être d’accord, on l’a vu sur le climat, mais dans la lutte contre le terrorisme par exemple, nos soldats et nos équipes travaillent cote à cote. Nous avons toujours su trouver une solution aux problèmes qui nous étaient posés. Je suis donc très heureux de pouvoir avoir cet échange et de pouvoir faire avancer les choses", a enfin déclaré Emmanuel Macron pour finir d'apaiser les tensions.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter