Sommet du G20 : scènes de chaos dans les rues d'Hambourg

DirectLCI
HEURTS - Des heurts entre les forces de l'ordre et les manifestants ont éclaté dans les rues de la ville d'Hambourg en marge de la tenue du sommet du G20 où les chefs d'Etat du monde entier étaient attendus. Une centaine de policiers ont été blessés.

Scènes de chaos à Hambourg. Ce vendredi se tenait le sommet du G20, à l'occasion duquel les chefs d'Etats des plus grandes puissances mondiales se sont réunies. Dans cette ville située au nord de l'Allemagne, ce sont près de 100.000 manifestants qui sont descendus dans les rues. Une petite partie d'entre eux ont fait dégénérer la situation : voitures incendiées, pillages, barricades, jets de projectiles et heurts avec la police... le dernier bilan fait état de 213 policiers allemands blessés dont trois qui ont dû être hospitalisés. Aucun bilan n'a été effectué officiellement du côté des manifestants, mais la violence des affrontements et les observations de certains témoins laissent imaginer que le nombre de blessés civils est conséquent.


Quinze personnes ont été placées en détention et plusieurs dizaines d'autres interpellées. Alors que 15.000 hommes avaient été déployés pour l'occasion, les forces de l'ordre ont dû demander des renforts supplémentaires pour faire face à la multiplication des violences, l'essentiel des forces étant déployées autour du Palais des congrès.

En vidéo

G20 : affrontements, casse et spectaculaire manifestation à Hambourg

Ce sont les groupuscules autonomes ou anarchistes européens des "Black Blocs" qui ont semé la pagaille dans les rues de la ville située au nord du pays. La stratégie de ces militants d'extrême gauche est "de provoquer la police en utilisant des pétards ou en jetant des bouteilles et de provoquer une  escalade" avec les forces de l'ordre afin de les pousser à la violence, indique  le renseignement allemand. 

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a dû annuler une intervention prévue dans la matinée au centre-ville en raison des heurts et Melania Trump, épouse du président des Etats-Unis, a renoncé à une visite des quartiers historiques du port à la demande de la police. Andy Grote, ministre de l'Intérieur de la ville-Etat, a parlé d'une situation "effrayante". La chancelière Angela Merkel, elle, a déclaré dans la soirée : "Je comprends totalement les manifestations pacifiques mais les manifestations violences mettent des vies humaines en danger."


Ce samedi, 20.000 manifestants sont à nouveau descendus dans les rues. Si d'importants moyens ont été investis pour assurer la sécurité, le défilé s'est cette fois-ci déroulé pacifiquement.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter