Sommet Etats-Unis / Corée du Nord : Trump rencontrera bien Kim Jong-Un le 12 juin

Sommet Etats-Unis / Corée du Nord : Trump rencontrera bien Kim Jong-Un le 12 juin

DIPLOMATIE - Donald Trump a confirmé vendredi la tenue de son sommet avec Kim Jong Un le 12 juin à Singapour après avoir reçu pendant plus d'une heure à la Maison Blanche le bras droit du dirigeant nord-coréen.

La rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-Un aura bien lieu. C'est ce que le président américain a annoncé vendredi soir, confirmant la tenue du sommet du 12 juin à Singapour. Un feu vert donné depuis la Maison Blanche, où le bras droit du dictateur nord-coréen était reçu, preuve d'un réchauffement sans précédent entre les deux pays.

En s'exprimant devant la presse, le président américain a affirmé que la Corée du Nord voulait dénucléariser, et a prédit que le dialogue avec Pyongyang serait "un processus couronné de succès". Donald Trump a également promis que les Etats-Unis n'imposeraient pas de nouvelles sanctions à la Corée du Nord pendant les négociations. "Je ne veux plus utiliser le terme "pression maximale". Je ne veux plus utiliser ce terme. Nous nous entendons bien. Vous voyez notre relation", a-t-il déclaré aux reporters. A ses côtés : le général Kim Yong Chol. L'homme de main de Kim Jong-Un n'est pas venu les mains vides, mais avec une missive scellée de l'héritier de la dynastie des Kim. Cette lettre fait suite à la lettre ouverte de Donald Trump à Kim Jong Un, dans laquelle il annulait, la semaine dernière, la rencontre de Singapour en dénonçant "l'hostilité" de Pyongyang, tout en laissant la porte ouverte à une reprise du dialogue. Les deux hommes se sont entretenus dans le Bureau ovale pendant près d'une heure et 20 minutes.

En vidéo

LE BRAS DROIT DE KIM A NEW YORK

Lire aussi

Vers une "dénucléarisation de la péninsule coréenne" ?

Si le contenu de la lettre n'a pas été révélé, Kim Jong-Un a visiblement trouvé les mots justes, puisque les deux hommes ont donc prévu de se voir, laissant penser qu'un compromis est en bonne passe d'être trouvé. Reste à savoir quel camp a obtenu gain de cause : Washington réclame une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord et se dit prêt à apporter des garanties pour la "sécurité" du régime reclus, qui a toujours considéré son arsenal comme une sorte d'assurance-vie. Kim Jong Un, lui, a redit jeudi vouloir "aller vers une dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais a prôné un processus "étape par étape". Le régime nord-coréen a d'ailleurs publiquement affirmé refuser tout désarmement "unilatéral".

Les discussions entre Coréens se poursuivent aussi, après deux rencontres entre Kim Jong Un et le président de Corée du Sud Moon Jae-in. Une délégation du Sud a rencontré vendredi des émissaires nord-coréens pour discuter de l'amélioration des relations bilatérales et du sommet Trump/Kim dans la zone démilitarisée entre les deux pays.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.