Sortie de l'accord de Paris : ces 22 sénateurs républicains qui auraient empoché plus de 10 millions de dollars du lobby pétrolier pour convaincre Trump

RÉVÉLATION - Selon The Guardian, 22 sénateurs ont touché plus de 10 millions de dollars de l'industrie pétrolière depuis 2012. Tous ont exhorté Donald Trump ces derniers mois à quitter l'accord sur le climat de Paris.

Le travail de lobbying a payé pour une poignée de sénateurs américains. Selon le Guardian, 22 républicains auraient multiplié les tractations en coulisses pour exhorter Donald Trump à quitter l'accord de Paris sur le climat.  Selon le quotidien britannique, les 22 élus se seraient ainsi fendus d'une missive à l'adresse du président américain. Envoyée fin mai, le courrier avait pour but de le convaincre de quitter l'accord. Une requête tout sauf innocente : depuis 2012, ces 22 républicains auraient touché plus de 10 millions de dollars de la part d’entreprises pétrolières, gazières ou charbonnières.

En vidéo

Accord de Paris : résistance après le retrait de Donald Trump ?

On dirait qu’e le décret a été écrit par le conseil d’administration d’ExxonChuck Schumer, leader démocrate au Congrès

Le recordman ? Ted Cruz. Le candidat malheureux à la primaire républicaine aurait en effet touché 2,5 millions de dollars. Selon le Guardian, cet argent ne concerne que les financements officiels : au moins 90 millions de dollars auraient été envoyés aux candidats républicains depuis 2012 via des montages obscurs. Plus généralement, lors des élections de 2016, les Républicains ont touché 15 fois plus d'argent que les Démocrates en provenance des industries liées à l'énergie fossile.


Le lobby des énergies fossiles n'en est pas à sa première victoire depuis l'investiture de Donald Trump. En mars, le président des Etats-Unis avait signé le "décret sur l’indépendance énergétique"? Celui-ci avait ordonné un réexamen de la mesure phare de son prédécesseur démocrate : le "Clean Power Plan", qui impose aux centrales thermiques des réductions de leurs émissions de CO2. 


Une décision vivement condamnée par les chefs démocrates au Congrès. En particulier Chuck Schumer, selon lequel le lobby des énergies fossiles "est de retour aux affaires" avec l’administration Trump. "On dirait que le décret a été écrit par le conseil d’administration d’Exxon (ndlr : une société pétrolière et gazière américaine) , sans le moindre respect pour la santé et la sécurité des Américains ou pour la planète".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter