Sotchi : deux Pussy Riot et un militant LGBT brièvement arrêtés

Sotchi : deux Pussy Riot et un militant LGBT brièvement arrêtés

DirectLCI
JO - Deux membres du groupe contestataire russe Pussy Riot ont été arrêtées quelques heures par la police à Sotchi. Un ancien député italien militant pour les droits de LGBT avait subi le même sort la veille.

Si ce n'est pas de l'intimidation, cela y ressemble. Deux membres du groupe contestataire Pussy Riot ont été interpellées quelques heures mardi par la police dans le centre de Sotchi, la forteresse sécuritaire qui abrite les Jeux olympiques. Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont été relâchées après avoir été interrogées dans un poste de police. Motif de leur arrestation : une affaire de vol dans un hôtel.

Selon Nadedja Tolokonnikova, les deux jeunes femmes ont été interpellées alors qu'elles ne faisaient que se promener en ville. Et alors qu'elles se trouvent à Sotchi depuis deux jours, elle affirme qu'elles avaient déjà été interrogées pendant sept heures par la police dimanche et dix heures lundi. Remises en liberté en décembre, les deux jeunes femmes ont précédemment dénoncé le projet des JO chers au président Poutine et appelé à un boycott.

Un drapeau arc-en-ciel

Les Pussy Riot ne sont pas les seules à faire ainsi l'objet d'une surveillance en marge de JO. L'ancien député italien et militant des droits des LGBT Vladimir Luxuria a subi un traitement identique. Arrêté devant les sites olympiques pour avoir agité un drapeau gay, indique le  Wall Street Journal, il a été relâché sans être poursuivi.

"Je suis venu ici avec un drapeau arc-en-ciel parce qu'un homme nommé Vladimir Poutine est homophobe", s'est expliqué Vladimir Luxuria. Celui qui se définit comme transgenre, s'était posté à l'entrée avec une jupe arc-en-ciel, ainsi qu'un parapluie de la même couleur. Il dénonçait ainsi la récente loi russe interdisant "la propagande pour des relations sexuelles non-traditionnelles".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter