Soupçons d'attaque chimique au chlore dans une ville rebelle de Syrie

International
GUERRE - A Saraqeb, dans la province syrienne d’Idlib, le Guardian et la BCC révèlent que plusieurs personnes blessées lors d’une attaque d’origine inconnue ont les symptômes typiques d’une attaque au gaz de chlore : problèmes respiratoires, yeux injectés de sang. Sur place, les médecins sont formels.

Près de trente personnes ont été blessées, lundi, dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, dans une attaque suspectée d’avoir un caractère chimique. D’après le quotidien britannique The Guardian , au moins un cylindre rempli de gaz au chlore a été projeté au cours de cette attaque perpétrée contre la ville de Saraqeb, qui est en majorité aux mains de l’opposition syrienne.

Selon un médecin interrogé par la BBC , ce sont deux, et non un seul, de ces engins qui ont été lâchés au-dessus de la ville, lundi dans la soirée. Au même endroit, quelques heures plus tôt, un hélicoptère russe était abattu par les rebelles syriens.

Toux et yeux injectés de sang

Le chlore, un ingrédient contenu dans le gaz moutarde, est banni par la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. Lorsqu’il est utilisé, il occasionne des réactions spécifiques du corps humain. Or, d’après Ibrahmi al-Assad, un médecin qui a traité les victimes, "toutes ont des problèmes de respirations et aux poumons, des symptômes modérés et d’autres plus sévères, ils toussent et ont des yeux injectés de sang", dit-il, signes d'une contamination au chlore. Les blessés ont en outre senti une forte odeur de chlore, de même que leurs secours. 

Qui sont les artificiers ? La réponse n’est pas claire. L'attaque n'a pas été revendiquée. La région connaît une escalade d'affrontements entre les groupes de l'opposition syrienne et l'armée de Bachar el-Assad. Depuis les débuts de la guerre civile, les deux camps, rebelles et loyalistes, s’accusent mutuellement d’utiliser des agents chimiques. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté, en juillet 2015, une résolution pour tenter de tirer au clair qui utilise ces produits . Les résultats sont attendus la semaine prochaine. 

A LIRE AUSSI 
>>
Syrie : Daech soupçonné d'avoir utilisé du gaz moutarde
>>
Armes chimiques en Syrie : le gaz sarin, c'est quoi ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter