Soupçons de collusion avec la Russie : "Cette enquête a toujours mis Donald Trump hors de lui"

DÉCRYPTAGE - Paul Manafort, l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, a été inculpé, entre autres, de complot contre les États-Unis dans le cadre de l'enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller. Interrogé par LCI, le spécialiste en politique américaine Corentin Sellin estime que les 12 chefs d'inculpation retenus allaient servir de "levier" à Mueller pour accélérer cette enquête sur les rapports de Trump avec la Russie, qui n'en est qu'à ses débuts.

Un premier nom qui fait grand bruit. Ce lundi, Paul Manafort a été sommé de se rendre aux autorités fédérales dans le cadre de l'enquête sur une ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine 2016. Ce qu'il a fait de son plein gré. L'ex-directeur de campagne de Donald Trump jusqu'en août 2016, avant d'être contraint de démissionner suite aux révélations sur ses liens avec des oligarques ukrainiens pro-russes, a été inculpé de "complot" contre les États-Unis. C'est l'un des douze chefs d'inculpation qui ont été retenus contre lui, dont blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l'étranger.


Selon le New York Times, qui avait révélé cette information lundi quelques heures avant son officialisation, l'injonction concerne également Rick Gates, un associé de Manafort. Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir reçu des paiements en provenance d'Europe de l'Est. 

En vidéo

Collusion Trump-Russie : des "informations bidons", se défend le président élu

Joint par LCI, le spécialiste en politique américaine et auteur de "Trump, candidat des pauvres, président des riches ?", Corentin Sellin, estime que le procureur spécial Robert Mueller va désormais pouvoir faire pression sur Manafort pour en apprendre davantage.

Mueller met la pression sur Manafort pour qu'il lâche plus grosCorentin SELLIN, spécialiste en politique américaine

LCI : L'ex-directeur de campagne de Trump Paul Manafort a été inculpé entre autres de "complot" contre les Etats-Unis. Qu'est-ce que cela signifie ?

Corentin SELLIN : Il ne faut pas s'emballer tout de suite. Dans l'acte d'accusation (qui remonte à des faits avant 2006, ndlr), il y a bien une charge de complot contre les États-Unis mais ça désigne sa fraude fiscale. Paul Manafort et Rick Gates (son bras droit pendant la campagne, ndlr) sont accusés d'avoir conspiré pour violer les lois sur les impôts. On leur reproche d'avoir blanchi de l'argent d'intérêts pro-russes et fraudé pour avoir un accès plus facile à cet argent issu du blanchiment. Mais ça n'a pas de rapport avec la campagne. La question que l'on peut se poser est comment Trump a-t-il pu engager un homme aussi impliqué et compromis avec des puissances étrangères ?

LCI : Donald Trump doit-il s'inquiéter de cette première inculpation ?

Corentin SELLIN : C'est une déclaration de guerre. Trump ne voulait pas qu'il y ait une enquête indépendante. Il y était hostile et on l'a vu furieux. Là, on arrête son ancien directeur de campagne. Comment va-t-il réagir ? Il n'est pas directement impliqué donc il ne devrait pas réagir. Mais cette enquête l'a toujours mis hors de lui. Va-t-il avoir une réaction proportionnée ou totalement exploser ? C'est là toute la question (il a depuis tweeté, voir ci-dessous, ndlr). En tout cas, avec ces inculpations, le procureur Mueller va pouvoir mettre la pression sur Manafort pour qu'il lâche plus gros.

"Désolé, mais cela remonte à plusieurs années, avant que Paul Manafort ne fasse partie de mon équipe de campagne. Mais pourquoi les personnes malhonnêtes comme Hillary (Clinton) et les démocrates ne sont-elles pas visées ?"

"Et aussi, il n'y a aucune collusion !"

Il n'y a aucune mention de Trump ni de collusion avec la RussieCorentin SELLIN, spécialiste en politique américaine

LCI : Nommé en mai dernier, le procureur spécial Robert Mueller enquête. Fait-il de ce dossier une affaire personnelle contre Trump ?

Corentin SELLIN : Je ne pense pas qu'il ait quelque chose contre lui. Mueller a été nommé patron du FBI sous une présidence républicaine. S'il avait des sympathies politiques, ce serait plus pour les Républicains. C'est un procureur de première force avec une réputation d'intégrité. Il a géré d'énormes affaires contre la mafia Gambino, etc... Mais il n'a jamais été politisé. Pour l'instant, il n'y a aucune mention de Trump ni même de la collusion avec la Russie dans le document d'accusation de Manafort.

LCI : Est-ce une première étape avant d'autres inculpations ?

Corentin SELLIN : On ne peut pas savoir. Mueller fait une enquête sans fuite, sauf quelques fois pour "alimenter" la presse. Je ne peux pas vous dire s'il va y avoir d'autres inculpations. On avait évoqué celle de Manafort, c'est désormais fait. Mais ça ne préjuge en rien ce qu'il va se passer cette semaine. Ce qu'on sait, c'est que Mueller frappe fort. Manafort est accusé d'avoir caché des sommes colossales d'argent. Il lui met la pression pour qu'il collabore. C'est vraiment quelque chose de sérieux.

LCI : La presse américaine met en lumière les liens entre Manafort et l'homme d'affaires et ami de Poutine, Oleg Deripaska. Quel est le rôle que l'on prête à ce dernier ?

Corentin SELLIN : Manafort a été en affaire avec lui. Mais à un moment donné, il a été lourdement endetté auprès de Deripaska, devenu un partenaire d'affaire lésé par Manafort. C'est en particulier pour cela, que, lorsqu'il était directeur de campagne, Manafort lui a proposé un accès privilégié pour régler leur litige. On a d'ailleurs un mail envoyé par Manafort qui va dans ce sens. On sait qu'il n'a pas été répondu ni peut-être même lu par Deripaska. Mais la volonté de lui faire la courte échelle interroge.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter