Soupçons de viols en Centrafrique : où en sont les affaires en cours

 Soupçons de viols en Centrafrique : où en sont les affaires en cours

SCANDALES - Un an après les faits, une affaire de viol supposément commis par un militaire français envoyé en Centrafrique est rendue publique. Elle n’est pas la première. En avril dernier, quatorze soldats étaient mis en cause pour des faits similaires.

C’est un autre scandale sordide qui vient entacher l’image des soldats français envoyés en Centrafrique. Ce dimanche 30 août, l’ONU a été informée de nouveaux soupçons de viols visant un militaire français de l’opération Sangaris. Des faits qui remontent à un an, au cours desquels une jeune fille aurait été la victime d’abus sexuels. Aujourd’hui, elle réclame la reconnaissance de paternité de cet enfant né d’un viol, au mois d’avril.

Si cette affaire éclate sur le tard, elle n’est pas sans rappeler une première série d’accusations, à l’encontre de soldats français eux aussi engagés en Centrafrique. Mis en cause au mois d’avril 2015 pour des faits qui se sont déroulés entre décembre 2013 et juin 2014, ce sont pas moins de quatorze militaires qui sont accusés d’avoir commis des abus sexuels sur des mineurs.

Enquête de commandement

Un temps diligentée en interne au sein du ministère de la Défense, l’enquête est depuis le mois de juillet 2014 entre les mains du Parquet de Paris. "Une enquête de commandement avait été ouverte à la Défense. Puis à sa demande, le dossier a été transféré aux services du ministère de la Justice" rappelle à metronews un porte-parole du ministère de la Défense.

Quant au nouveau scandale, il semble tout disposé à suivre les traces du précédent. Là encore, une "enquête de commandement" - c’est-à-dire interne au ministère de la Défense – vient d’être ouverte, nous confirme encore le porte-parole. "Selon les conclusions apportées, la Justice pourra ensuite s’en emparer", poursuit-il.

EN SAVOIR + >> Soupçons de viols en Centrafrique : nouvelles allégations de viols visant un militaire français

Au mois de juin dernier, un rapport d’experts, rédigé sous la direction du Prix Nobel de la paix José Ramos-Horta préconisait d’écarter des missions de maintien de la paix les pays bafouant les droits des enfants ou encore de dénoncer les pays contributeurs de troupes qui ne prennent aucune sanction face à de tels actes. Un document réalisé avant que n’éclate le premier scandale d’abus sexuels en Centrafrique. Peut-être cette nouvelle affaire néfaste pour les casques bleus suscitera-t-elle d’autres réactions de la part de la communauté internationale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

Télétravail : Élisabeth Borne annonce un objectif de "5000 contrôles par mois" dans les entreprises

EN DIRECT - Covid-19 : le plan blanc déclenché dans la région PACA

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.