Soutien de Macron aux caricatures : des produits français boycottés au Moyen-Orient

Soutien de Macron aux caricatures : des produits français boycottés au Moyen-Orient

TENSIONS - Après l'appel présidentiel à maintenir l'attachement hexagonal aux caricatures, des appels au boycott de produits français ont émergé au Koweït, au Qatar ou encore en Jordanie.

Un boycott en guise de réponse. Mécontents des propos du président de la République Emmanuel Macron, de nombreux citoyens de plusieurs pays du Moyen-Orient, tels que le Koweït, le Qatar ou la Jordanie, ont appelé à boycotter les produits français de leurs magasins. Au cours de son discours d’hommage à Samuel Paty (voir vidéo en tête de cet article), assassiné par un terroriste islamiste il y a une dizaine de jours en France, le chef de l’État avait promis de ne pas "renoncer aux caricatures" du prophète Mahomet, dont la religion musulmane interdit la représentation.

Certains Etats eux-mêmes, comme la Turquie, l'Iran, la Jordanie ou encore le Koweït, ont dénoncé la publication des caricatures. L'Organisation de coopération islamique, qui réunit les pays musulmans, a de son côté déploré "les propos de certains responsables français [...] susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes". Et sur les réseaux sociaux, les appels au boycott de produits français se sont multipliés depuis le vendredi 23 octobre.

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Au Qatar, les chaînes de distribution Al-Meera et Souq al-Baladi ont même annoncé qu'elles "retireraient" les produits français de leurs rayons jusqu'à nouvel ordre. Dans l'un des magasins d'Al-Meera, un correspondant de l'AFP a vu des employés retirer des étagères des confitures de la marque St. Dalfour.

Lire aussi

En outre, l'Université du Qatar a annoncé vendredi 23 octobre le report de la semaine culturelle française à la suite de "l'atteinte délibérée à l'islam et ses symboles". Au Koweït, des images montrant les fromages Kiri et Babybel retirés des rayons de certains magasins ont été relayées sur les réseaux sociaux.

Les voyages vers la France suspendus

Une soixantaine de sociétés coopératives, qui sont de grands distributeurs au Koweït, ont annoncé un boycott des produits français, a précisé à l'AFP le vice-président de la Fédération des coopératives, Khaled al-Otaibi. "Nous avons retiré tous les produits français, à savoir les fromages, crèmes et cosmétiques des rayons et les avons restitués aux agents agréés de ces marques au Koweït", a-t-il expliqué. Quelque 430 agences de voyages du Koweït ont par ailleurs suspendu les réservations de vols vers la France, a indiqué à l'AFP le chef de la Fédération des agences de voyages koweïtiennes, Mohammad al-Motairi.

En Jordanie, le Front islamique d'action, un parti d'opposition conservateur, émanation locale des Frères musulmans, a appelé les citoyens à boycotter les produits français. Les pays du Golfe, notamment le Qatar, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, représentent un marché de plus en plus important pour les exportations de l'industrie agroalimentaire française.

Le boycott de produits français, pas une première

Ce n’est pas la première fois que des produits français essuient un appel au boycott. Fin 2011, alors que le Parlement français votait un texte de loi sur le génocide arménien, l’ONG turque "Boykot Fransa" avait listé tous les produits hexagonaux vendus en Turquie afin d’indiquer aux citoyens les biens à ne pas acheter.

En 2004, le projet d’interdire le voile aux élèves dans les établissements publics d’enseignement avait lui aussi suscité l’émoi dans de nombreux pays. En Irak, le leader chiite Moqtada Sadr avait alors proposé de boycotter tous les produits français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron s'exprimera à 20h pour rendre hommage à "VGE"

L'application TousAntiCovid sésame indispensable pour entrer dans un supermarché ?

EN DIRECT - Covid 19 : 100.000 personnes hospitalisées aux États-Unis, un record

Bruxelles : quand la police tombe nez à nez avec un eurodéputé hongrois dans une fête libertine clandestine

Valéry Giscard d'Estaing est décédé "des suites du Covid-19"

Lire et commenter