Steve Bannon, conseiller controversé de Donald Trump, évincé du Conseil de Sécurité nationale

Stephen Bannon, ancien patron du site Breitbart News, désormais conseiller de Donald Trump.
International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

CHAISE MUSICALE - Le conseiller de l'ombre de Donald Trump Steve Bannon n'est plus membre du Conseil de Sécurité nationale, un organe de la Maison Blanche très discret mais aussi extrêmement stratégique.

Il est l'un des proches les plus sulfureux et décriés de Donald Trump. Steve Bannon, conseiller stratégique du président américain et ancien patron du site d'informations pro-Trump Breitbart, avait été nommé au Conseil de Sécurité nationale (NSC) par Donald Trump. Mais on apprend que depuis le 4 avril dernier, il n'en fait plus partie,  selon les informations d'un responsable américain sous couvert d'anonymat à l'AFP.

Sa nomination avait été vivement critiquée lorsqu'il avait été élevé au rang de membre permanent du NSC. Cet organe discret mais particulièrement stratégique à la Maison Blanche, est chargé de rassembler les informations relatives à la sécurité nationale et de conseiller le président en matière de sécurité et de politique étrangère.

Sa "mission" terminée, Bannon est parti ...

Historiquement, la Maison Blanche et son NSC dessinent les grandes lignes de la diplomatie américaine. A charge ensuite au secrétaire d'Etat et à son département de 70.000 employés et 250 ambassades et consulats de les mettre en musique. Peu après la nomination de Bannon, ses contempteurs avaient pointé du doigt le risque de politisation du Conseil par cet idéologue marqué à l'extrême-droite.

Depuis le 20 février dernier, le NSC est dirigé par H.R. McMaster, un général de 54 ans en exercice, vétéran d'Irak et d'Afghanistan, aux états de services impressionnants. Il remplace le général Michael Flynn forcé à la démission pour avoir menti sur des contacts répétés avec l'ambassadeur russe à Washington. 

En vidéo

Martin Weill aux USA : Qui est Steve Bannon?

Donald Trump avait eu toutes les peines du monde à lui trouver un successeur et la presse américaine avait fait état de tensions à la Maison Blanche sur ce remplacement, en raison notamment de l'influence attribuée à Steve Bannon. Selon un haut responsable interrogé par le New York Times, cette "éviction" n'est en rien une sanction, ni un échec pour le conseiller. En réalité, Trump l'avait placé là pour "démonter" le NSC après le passage de l'administration Obama et pour surveiller le général Flynn. La mission achevée, Bannon s'en serait donc allé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter