Stop Yulin : une Chinoise sauve 100 chiens destinés à être mangés

International

HUMANITE - En marge du très controversé festival de viande canine qui se tient à Yulin, dans le sud de la Chine, ce dimanche 21 juin pour le solstice d'été, une femme de 65 ans a déboursé près de 1000 euros pour sauver 100 chiens.

Yang Xiaoyun n’approuve pas ce festival, comme beaucoup. Chaque année se tient à Yulin, en Chine, un festival dédié à la viande canine , organisé à l'occasion du solstice d'été le 21 juin. Entassés dans des cages, maltraités, voire brûlés vifs, les animaux atterrissent ensuite dans l'assiette des festivaliers. Pour contrer cet événement horrible qui coûte la vie à plusieurs milliers de chiens et chats chaque année, cette Chinoise de 65 ans connue pour sa volonté de sauver des animaux a déboursé près de 1 000 euros pour sauver 100 chiens destiné à la marmite, ont rapporté plusieurs médias dimanche.

Des photos postées sur les réseaux sociaux ont montré cette femme arpentant un marché à Yulin où les chiens étaient exposés dans des cages. Ce festival, organisé tous les ans, a provoqué cette année les protestations des défenseurs des droits des animaux mais aussi des internautes. Les images diffusées sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser l'opinion en début de semaine, via notamment le hashtag   #StopYuLin2015 , ont choqué.

"Yulin est une ville ouverte, tolérante et civilisée"

Des partisans de la cause animale se sont par le passé rendus dans la ville pour y manifester lors du festival, achetant parfois des chiens pour les sauver de la mort. Mais les autorités locales ont tenté de se distancier de l'événement : "Des habitants de Yulin ont l'habitude de se regrouper pour manger des litchis et de la viande de chien pendant le solstice d'été", a écrit le bureau d'information de la ville sur Sina Weibo, l'équivalent de Twitter en Chine.

"La cité n'a jamais (officiellement) organisé un festival de viande canine", a-t-il ajouté, soulignant que "Yulin est une ville ouverte, tolérante et civilisée". La consommation de la viande de chien n'est pas interdite en Chine, mais elle est inhabituelle dans la plupart des régions. Yang Xiaoyun, de son côté, compte loger les chiens chez elle à Tianjin, métropole du nord-est de la Chine, à environ 2 000 kilomètres de là. Ils rejoindront les quelque 1 500 chiens et 200 chats auxquels cette activiste a déjà donné refuge.  Ce sont ses "enfants", raconte l'India Times  qui a dressé son portrait.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter