Suède : bombes artisanales, règlements de compte... le modèle suédois mis à mal

Entre janvier et octobre, les démineurs sont intervenus pour 99 explosions.
International

CRIMINALITÉ - La Suède est confrontée depuis plusieurs mois à une vague d'explosions criminelles. Un phénomène qui s'ajoute aux règlements de compte à la Kalachnikov, et contre lequel les autorités peinent à trouver la parade.

Niveau de vie, égalité salariale, taux d'emploi, système social… La Suède est régulièrement citée comme en exemple des pays où il fait bon vivre. Notamment car le niveau de violences est faible par rapport à ses voisins européens. C'était sans compter les explosions criminelles et les règlements de compte qui, depuis plusieurs mois, bousculent le quotidien des habitants. 

Une guerre sanglante se joue en effet entre les caïds de quartiers, qui ont pris la mauvaise habitude d'utiliser de façon quasi ordinaire des engins explosifs. La plupart du temps, il s'agit de grenades à main ou des thermos bourrés de poudre. Ces derniers jours, plusieurs incidents ont ainsi secoué des villes du sud : une bombe a explosé dans une cage d'escalier d'un immeuble résidentiel à Malmö, la troisième ville du pays, un engin a été trouvé devant un centre commercial à Kristianstad, et une explosion a touché le balcon d'un appartement à Hässleholm.

Lire aussi

"Nous ne connaissons pas d'équivalent à l'étranger"

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : entre janvier et octobre, les démineurs sont intervenus pour 99 explosions et 76 engins qui n'ont pas fonctionné. Soit le double par rapport à l'année dernière à la même époque. "C'est devenu une tendance, une tendance qui s'intensifie", a reconnu Linda Staaf, responsable des services de renseignement criminel. "Nous ne connaissons pas d'équivalent à l'étranger", a pour sa part admis le chef de la police suédoise, Anders Thornberg, lors d'une conférence de presse.  Avant d'ajouter : "Je comprends que beaucoup de personnes s'inquiètent de ce qui se passe, on a le sentiment que les règlements de comptes (...) se rapprochent des gens".

Outre ces explosions, le royaume scandinave est également confronté à de nombreuses fusillades. Entre janvier et octobre, 33 personnes, la plupart des hommes de moins de 30 ans, ont été tuées dans 268 règlements de compte par balle. A la même période l'année dernière, la Suède avait enregistré 37 décès pour 248 faits.

Comment expliquer cette insécurité ? Si la Suède est classée parmi les nations plus riches du monde, elle est également aux prises avec une relégation sociale croissante. Les écarts socio-économiques se creusent d'ailleurs  plus que dans n'importe quel autre Etat membre de l'OCDE. Selon les autorités, la plupart des auteurs de fusillades ont grandi dans des zones que la police suédoise qualifie de "vulnérables".  En juin, elles ont publié une liste d'une soixantaine de quartiers de ce type, caractérisés par de mauvaises conditions socio-économiques où "les délinquants ont une influence sur la communauté locale".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter