Suède : le chauffeur de bus refusait les personnes de couleur, il est licencié

International

RACISME - Plus de 50 ans après la conquête des droits civiques aux Etats-Unis, la lutte pour l'égalité entre Blancs et Noirs n'a pas encore abouti sur tous les terrains. La preuve en Suède, où un chauffeur de bus refusait l'accès de son véhicule aux personnes de couleurs.

A-t-on là l'exemple d'"ignorance" qu'évoquait Zlatan Ibrahimovic il y a quelques jours au moment d'évoquer les électeurs d'extrême-droite suédois ? Toujours est-il qu'un chauffeur de bus du Nord de la Suède a été licencié pour racisme avéré, raconte l'AFP, mercredi 12 novembre.

Son tort ? Avoir interdit l'accès à son véhicule à des passagers de Kiruna, dans le nord de la Suède, à cause de leur couleur de peau. "Le chauffeur a quitté l'entreprise" gestionnaire des transports publics de la ville, a notamment annoncé la responsable municipale de ce dossier.

Un comportement qui fait tâche dans cette ville

Le conducteur avait pour habitude de "montrer du doigt les personnes noires dans le bus", a confié Samson. "Et comme je suis noir, le chauffeur m'a montré du doigt et m'a obligé à quitter le bus." Autre habitude du chauffeur, soulignée par des demandeurs d'asile auprès de la chaîne TV SVT : ne pas s'arrêter aux arrêts lorsque des personnes de couleur souhaitaient accéder au véhicule.

Un événement qui, s'il fait tâche dans une ville réputée pour être une des meilleures élèves de Suède en matière d'intégration (52% des primo-arrivants y ont un travail), rappelle les progrès fulgurants de l'extrême droite dans le pays. Absents du Parlement en 2006, ils y occupent maintenant 49 sièges sur 349, après avoir recueilli plus de 12% des suffrages aux dernières législatives, en septembre dernier .

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter