Scandale sexuel à l'Académie Nobel : deux ans de prison pour le Français Jean-Claude Arnault

International
DirectLCI
SUÈDE - Accusé de viol, Jean-Claude Arnault a été condamné à deux ans de prison lundi par la justice suédoise. Dans la continuité du mouvement #MeToo, de nombreuses personnes l'avaient accusé d'agressions sexuelles fin 2017. Ce scandale avait largement ébranlé l'académie suédoise chargée de décerner le Nobel de littérature... qui, du coup, ne sera pas remis cette année. LCI revient sur les faits.

Hasard du calendrier, c'est le jour où sera annoncé le premier prix Nobel de l'année que la condamnation de Jean-Claude Arnault est tombée. Les accusations de viol auxquelles faisait face le Français avaient ébranlé la prestigieuse académie suédoise, au point qu'elle avait du se résoudre à ne pas remettre de Nobel de littérature 2018. Il écope de deux ans de prison.


Si l'homme de 72 ans était poursuivi pour le viol, à deux reprises, en octobre puis décembre 2011, d'une jeune femme dans un appartement de Stockholm, il a été condamné pour les seuls faits commis en octobre, a indiqué la juge Gudrun Antemar dans un communiqué.

Deux prix Nobel de littérature seront remis en 2019

Jean-Claude Arnault est surnommé depuis le début de l'affaire le "Weinstein de Suède". C'est dans la lignée du mouvement #MeToo, lancé à l'encontre du producteur américain Harvey Weinstein, que les langues s'étaient déliées à son sujet. De nombreuses femmes avaient témoigné et accusé le photographe influent d'agressions sexuelles.


Les témoignages de 18 femmes, dont celui de la plaignante, publiés alors dans le quotidien Dagens Nyheter, accusant le Français de viol ou d'agression sexuelle, ont fait imploser l'Académie suédoise avec qui le Français entretenait des liens étroits. M. Arnault, qui réside à Stockolm, est l'époux de l'écrivaine et membre de l'Académie suédoise, Katarina Frostenson. Il siégeait également au sein de l'institution jusqu'à ce qu'il soit poussé à la démission en avril dernier.


Depuis les membres de  l'Académie se déchirent sur leurs responsabilités et la façon de gérer la crise. Face à la démission de 6 de ses 18 membres, l'institution, privée du quorum nécessaire pour fonctionner, avait été contrainte d'annoncer qu'elle ne serait pas en mesure de décerner le Nobel de littérature cette année. Deux prix devraient être remis en 2019.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter