Suède : pourquoi la première femme à devenir Première ministre n'est restée que 8 heures au pouvoir ?

Moins de huit heures après son élection 
par le Parlement, la nouvelle Première ministre suédoise Magdalena Andersson a été contrainte de démissionner

DÉMISSION - Moins de huit heures après son élection par le Parlement, la nouvelle Première ministre suédoise Magdalena Andersson a été contrainte de démissionner mercredi après une journée cauchemar.

Un passage express au poste de Première ministre alors qu'elle venait la première femme de l'histoire de la Suède à atteindre la fonction suprême. Mercredi, Magdalena Andersson a été contrainte de démissionner alors qu'elle venait d'être élue par le Parlement huit heures auparavant. La raison ? Un manque de soutien de ses alliés écologistes dans le cadre du vote de son budget au Parlement, qui a ainsi fait exploser la coalition gouvernementale qui venait d'être formée.

Mardi soir, cette économiste de 54 ans, jusqu'ici ministre des Finances de son prédécesseur Stefan Löfven, s'était assurée in extremis les soutiens nécessaires pour arriver au pouvoir, grâce à un accord de la dernière heure avec le parti de Gauche pour augmenter les petites retraites. Mais un autre parti clé, le parti du Centre, mécontent des concessions faites à l'aile gauche, lui a retiré son soutien pour le budget, sans pour autant bloquer son accession au pouvoir.

Les écologistes ont quitté le gouvernement

C'est alors le budget de l'opposition de droite, préparé par la première fois par le parti d'extrême droite, qui a été adopté. Magdalena Andersson avait dit pouvoir s'en accommoder. Mais, pour son allié écologiste, seul autre parti de la coalition gouvernementale minoritaire, il était inacceptable de gouverner avec une loi de finances portant le sceau de l'extrême droite. Les écologistes ont donc annoncé leur départ du gouvernement, entraînant ainsi la démission de l'éphémère Première ministre. 

"Il y a une pratique constitutionnelle voulant qu'un gouvernement de coalition démissionne lorsqu'un parti le quitte. Je ne veux pas diriger un gouvernement dont la légitimité est remise en cause", a déclaré la dirigeante social-démocrate lors d'une conférence de presse. 

Lire aussi

Sa démission a été acceptée par le président de la Chambre, Andreas Norlén, qui doit désormais contacter les chefs de partis avant de décider jeudi comment procéder pour la suite. Mais, Magdalena Andersson pourrait bien à avoir une nouvelle possibilité de devenir la première femme à arriver au pouvoir après 33 hommes depuis 1876 en Suède. 

Les équilibres politiques serrés du Parlement suédois, qui avaient entraîné un délai de quatre mois pour former un gouvernement après les dernières élections de 2018, ne permettent pas d'alternative à un Premier ministre social-démocrate, selon les analystes. Démis par un vote de défiance inédit en juin, Stefan Löfven avait ainsi fait son retour en juillet. Mais usé par sept ans au pouvoir et par cette crise politique, il avait annoncé en août qu'il démissionnerait en novembre, à moins d'un an des législatives de septembre 2022.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - "Il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une 4e dose", selon Delfraissy

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

Vaccins, formes graves... L'OMS rassurante sur le variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.