Super Tuesday : l'improbable retour de Joe Biden

Super Tuesday : l'improbable retour de Joe Biden

PRIMAIRES AMERICAINES - L'étape cruciale des primaires démocrates, appelée "Super Tuesday", n'aura pas condamné l'ancien vice-président. Au contraire, elle aura vu de sa part une remontée aussi incroyable qu'improbable du candidat Joe Biden, encore déclaré mort politiquement il y a dix jours. Il a raflé 9 Etats sur les 14 appelés à voter ce mardi.

Un "Super Tuesday" qui n'a jamais si bien porté son nom pour Joe Biden. L'ancien numéro deux de Barack Obama a effectué une improbable remontée dans la course à la primaire démocrate en remportant 9 Etats sur 14 lors des primaires démocrates, qui doivent permettent de désigner l'adversaire démocrate de Donald Trump en novembre.

L'ancien vice-président est ainsi arrivé en tête en Caroline du Nord, en Virginie, dans le Massachusetts, le Minnesota, le Tennessee, l'Alabama, l'Oklahoma, le Texas et l'Arkansas. Des Etats en majorité dans le sud du pays où Joe Biden a profité d'une démographie favorable, lui qui est particulièrement populaire dans l'électorat noir américain.

Lire aussi

Encore au plus bas dans les sondages la semaine dernière

"Il y a à peine quelques jours, les médias et les commentateurs avaient déclaré la mort de cette candidature", a lancé Joe Biden depuis la Californie, où il attendait et commentait les résultats entourés d'une foule de partisans. "Je suis là pour le dire : nous sommes bien vivants", a-t-il ajouté sous les cris et applaudissements de ses supporteurs. Exalté par les premiers votes en sa faveur, il s'est présenté comme un phénix renaissant au bout d'une vie marquée par la tragédie. Il a même dédié ses victoires "à tous ceux qui ont été mis à terre, ignorés, laissés pour compte."

Un retour sur le ring en fanfare après ses premières défaites aux primaires, qui plaçaient par la même occasion son rival Bernie Sanders en position de favori. Les moqueries sur ses dérapages embarrassants - comme lorsqu'il s'était déclaré candidat "au Sénat" - avaient alors pris le pas sur le sérieux de sa candidature. Donald Trump s'en était évidemment donné à cœur joie, le surnommant à l'envi "Joe l'endormi". 

Lire aussi

Mais Joe Biden, désormais sûr de lui, rappelle qu'il l'avait prédit. Début février, pour tenter de dépasser ses premiers piteux résultats, il soulignait l'importance des populations encore amenées à voter. Il avait perdu dans l'Iowa et le New Hamsphire, des Etats très blancs et conservateurs, et estimait alors : "Nous n'avons pas encore entendu les membres les plus engagés du parti démocrate, les Afro-Américains". En Caroline du Sud samedi, après sa première victoire dans cet Etat où les Noirs représentent une majorité des électeurs, il avaient salué le "cœur" du parti démocrate.

Une victoire aidée par trois abandons

Sa victoire en Caroline du Sud, bienfaitrice à plusieurs égards, avait déclenché l'abandon de plusieurs candidats désirant s'effacer pour lui laisser la place dans les Etats appelés à voter ce mardi. En se ralliant derrière sa candidature, Pete Buttigieg, Amy Klobuchar et Beto O'Rourke lui ont donné un sacré coup de pouce pour tout gagner lors du Super Tuesday. D'autant plus que les ex-candidats ont invité toute une cascade d'élus, dont l'influence locale est décisive, à se placer en soutien de Joe Biden.

Conscient de cet avantage de dernière minute, Joe Biden leur a attribué en partie ses bons résultats mardi soir, alors que les résultats étaient quasiment tous connus. Il pourrait désormais profiter de deux autres faits de campagne : l'abandon de Michael Bloomberg, qui lui disputait le leadership de l'aile droite du parti, et le maintien hypothétique d'Elizabeth Warren, autre perdante de la soirée, qui concurrence Bernie Sanders sur sa gauche.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Feu vert de l'Assemblée nationale à l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 1er juin

EN DIRECT - À peine président, Joe Biden signe une série de décrets dont le retour dans l'Accord de Paris

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

Vents violents : cinq départements désormais en vigilance orange

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

Lire et commenter