Syrie : six ans après le début de la guerre, où en est-on ?

International
DirectLCI
ENGRENAGE – Déclenchée en 2011 à la suite de manifestations contre le régime de Bachar Al-Assad, la guerre en Syrie n’en finit plus, jusqu’à devenir la plus sanglante du 21e siècle. Six ans après, quelle est la situation ?

Tout a commencé le 15 mars 2011, il y a donc six ans. Des manifestations, à l’origine pacifiques, des graffitis sur un mur… le tout à l’image du Printemps arabe. Sauf qu’en Syrie, le mouvement ne porte pas et le régime de Damas réprime violemment. Six ans après, jour pour jour, la situation ne cesse d'empirer. Malgré les condamnations internationales, les plans de paix et les tentatives de négociation, la guerre s’est installée faisant plus de 320.000 morts et 154.000 disparus.

Un bilan terrible

Plus de cinq millions de personnes sont devenues réfugiées ou ont dû se déplacer. Des destructions et du malheur qui font  aujourd'hui de la Syrie un pays morcelé et figé dans une constante décomposition.

Chacun sa position

Le régime de Bachar Al-Assad a pourtant gardé la main sur le pays, préservant ses territoires essentiels. Les forces d’opposition résistent et occupent quelques territoires. Si beaucoup de zones sont sous contrôle des kurdes, celles de l’Etat Islamique se réduisent un peu plus chaque jour. Raqqa, par exemple, leur fief, est encerclé par les Russes, les forces kurdes et américaines.

Toujours plus de combats

A Palmyre, la cité antique a été une nouvelle fois libérée mais Alep reste aux mains du régime de Damas. Et dans le pays, beaucoup pensent que la guerre est terminée. Sauf que, s’il y a moins de combats, il y a davantage d’attentats. A Damas, jusqu'à présent relativement épargnée par les violences, ils ont été perpétrés cinq jours après la double attaque dans la vieille ville qui avait fait 74 morts. Bachar Al-Assad, lui, est toujours là, à la tête d’un pays détruit. Sa reconstruction coûtera des dizaines de milliards de dollars et surtout énormément de temps.

En vidéo

Entretien exclusif avec Bachar el-Assad : "Il assume pleinement la brutalité de ses méthodes"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter