Syrie : à 23 ans, une étudiante prend une année sabbatique pour aller combattre Daech

Syrie : à 23 ans, une étudiante prend une année sabbatique pour aller combattre Daech
International

TERRORISME - Une étudiante danoise a passé un an en Syrie auprès des Kurdes, dont elle est descendante, pour aller combattre Daech. La jeune femme a raconté son aventure au site Vice et assure qu'il est "facile de tuer" des djihadistes.

"Les Kurdes se battent pour la démocratie et les valeurs occidentales. Si je suis capturée ou tuée, je serai fière de la raison pour laquelle j'aurai été abattue", avait-elle déclaré avant son départ en 2014.

Certains partent un an en Australie ou aux Etats-Unis pour perfectionner leur anglais, d’autres, comme Joanna Palani, prennent une année sabbatique pour aller combattre Daech. Agée de 23 ans, cette étudiante en sciences politiques et en philosophie à l'Université de Copenhague, est partie un an en Syrie où elle s’est engagée auprès des Kurdes dont elle est descendante. Au départ, raconte-t-elle au site Vice , elle ne prend "pas vraiment tout cela au sérieux", mais la première attaque change tout.

"Je donnerais ma vie pour l'Europe"

La jeune femme raconte notamment sa première nuit, au cours de laquelle son camarade suédois est abattu d’une balle entre les deux yeux par un tireur qui avait repéré la fumée de sa cigarette. Elle se souvient également du moment où elle a découvert plusieurs jeunes filles, esclaves sexuelles de Daech, après la libération d’un village situé près de Mossoul. L’une d’elle l’a profondément touchée. "Elle est morte en me tenant la main. Elle n'avait que 11 ans et était enceinte de jumeaux. Son petit visage était tellement gonflé (...) Je me souviens que le docteur pleurait et me criait dessus".

Sur place, Joanna combat les djihadistes et l’armée syrienne de Bachar al-Assad, l’occasion pour elle de cerner les faiblesses de l’organisation terroriste. "Les combattants de l'EI sont très faciles à tuer, explique la Danoise. Ils sont doués pour sacrifier leur propre vie, mais les soldats d'al-Assad sont très bien entraînés. Ce sont de vraies machines de guerre".

Un an après avoir combattu en Syrie, la jeune femme est rentrée au Danemark. Après s’être fait confisquer son passeport par les autorités danoises qui interdisent à leurs ressortissants d’aller combattre en Syrie, elle a repris le chemin de l’université mais le reconnaît : "Je donnerais ma vie pour l'Europe, pour la démocratie, pour la liberté et pour les droits des femmes".

A LIRE AUSSI 
>>  Tout savoir sur Daech : qui est Abou Bakr Al-Baghdadi, le "calife" de l'Etat islamique ?  >>  Daech justifie le viol à répétition pour convertir les femmes
>>  Femmes et enfants esclaves : les terrifiants documents de Daech >>  Chrétiens, Yézidis, Kurdes... qui sont les minorités menacées en Irak ? >>  Sara, évadée de l'enfer de Daech : "Des barbares qui pouvaient décapiter quelqu'un à tout moment" >>  L'otage Kayla Mueller était l'esclave sexuelle du leader de Daech
>>  "Comment traiter une esclave sexuelle": le terrifiant guide de Daech

 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent