Alep : la petite Bana, qui racontait son quotidien sur Twitter, a quitté la ville

International
SYRIE - La fillette syrienne Bana Al-Abed, devenue célèbre pour ses tweets de l'enfer quotidien d'Alep en Syrie, a été évacuée de la ville lundi matin. Avec sa famille, elle faisait partie du premier convoi à quitter la ville à la faveur de l'accord de cessez-le-feu.

En près de six ans de conflit, plusieurs enfants ont été transformés en "symboles" de la tragédie syrienne. Parmi eux : Bana Al-Abed, une fillette de 7 ans qui vit avec sa famille à Alep. Une ville martyre que la petite fille a pu fuir ce lundi matin, selon plusieurs ONG.


L'ONG humanitaire islamique turque IHH a en effet annoncé sur son compte Twitter que Bana Al-Abed "a été évacuée ce matin d'Alep avec sa famille" et publié une photo montrant la fillette, bonnet sur la tête, avec l'un de ses employés. "Elle faisait partie du premier groupe qui a été évacué ce matin et qui se trouve à présent dans la région de Rashidin", dans la campagne d'Alep, a précisé un porte-parole d'IHH. Ahmad Tarakji, chef de l'ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS) a lui aussi annoncé sur Twitter, photo à l'appui, l'évacuation de la fillette et son arrivée "avec de nombreux autres enfants" dans la campagne d'Alep.

"Nous sommes tellement fatigués"

Depuis septembre, Bana Al-Abed (@AlabedBana) tweetait avec sa mère des tranches de vie d'Alep est assiégé et bombardé par l'aviation du régime appuyée par la Russie. Son compte est suivi par près de 325.000 personnes. Dans l'un de ses derniers tweets, dimanche, elle implorait le président turc Recep Tayyip Erdogan et son ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu de faire en sorte que l'accord de cessez-le-feu parrainé par la Turquie et la Russie fonctionne pour que les habitants des quartiers rebelles puissent être évacués. "Nous sommes tellement fatigués", avait-elle écrit. Mevlut Cavusoglu lui a répondu sur Twitter, assurant que "les difficultés sur le terrain ne vont pas nous dissuader". "Sois assurée que nous faisons tout pour te sortir, toi et des milliers d'autres, vers un lieu sûr".

Avec l'aide de sa mère Fatemah, Bana, 7 ans, avait commencé le 23 septembre à tweeter lors d'une violente campagne de bombardements menée par le régime de Bachar al-Assad. Mère et fille avaient écrit une série de tweets, parfois dans un anglais approximatif, décrivant le calvaire que vivent les 250.000 personnes assiégées depuis juillet. Les tweets comprenaient des photos et des vidéos de bombardements ou de Bana en train de lire.

En vidéo

JT 20H - "Sauvez-nous !" : à Alep, Bana, 7 ans, raconte ce qu'est vraiment la guerre

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter