Alep : "Même un abattoir est un endroit plus humain", lance Ban Ki-moon

SYRIE - Une semaine après le début de l'offensive, la situation à Alep devient insoutenable. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, évoque des "crimes de guerre".

Les mots sont durs, mais ils reflètent la situation chaotique qui règne au cœur d’Alep. "Il faut être clair, ceux qui utilisent des armes toujours plus destructrices savent ce qu'ils font. Ils savent qu'ils commettent des crimes de guerre". Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon vise directement l’armée syrienne appuyée par la Russie pour tenter de reprendre la totalité de la ville. 

Lire aussi

En une semaine, le bilan est lourd. Plusieurs centaines de morts ont été pris sous les décombres. Il ne resterait plus que 30 médecins dans la zone assiégée pour s'occuper de plusieurs centaines de blessés par jour. "Imaginez un abattoir, et dites-vous que la situation est pire. Même un abattoir est un endroit plus humain. Des hôpitaux, des cliniques, des ambulances et des personnels médicaux sont pris pour cible et tous les jours", a ajouté le représentant de l’ONU.

Lire aussi

En vidéo

Alep, le déluge des bombes : le monde demande l'arrêt de ces "crimes de guerre"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter