VIDÉO - Syrie : Bachar el-Assad se dit "sur le chemin de la victoire"

DirectLCI
ENTRETIEN - Alors que le régime syrien a repris il y a peu le contrôle d'Alep, l'une des principales villes du pays, le président Bachar el-Assad a accepté de répondre aux questions de plusieurs journalistes français. Il est revenu sur les nombreux morts et explique qu'il est "sur le chemin de la victoire".

Un peu plus de deux semaines après la reprise d'Alep-est par le régime de Bachar el-Assad, le président syrien a accepté de répondre à RTL, France Info et LCP dans son palais présidentiel à Damas. Selon lui, "c'est très douloureux" "de voir une partie de (son) pays détruite, et de voir un bain de sang" mais "toutes les guerres provoquent des destructions, toutes les guerres provoquent des morts, c'est pour cela qu'elles sont mauvaises". "Vous ne pouvez pas dire qu'une guerre est bonne. Même si elle a lieu pour de bonnes raisons, pour défendre votre pays, ce n'est pas la solution", explique-il.


"La question qu'il faut se poser, estime-t-il, est la suivante : comment pouvez-vous libérer les civils des terroristes dans ces zones (rebelles d'Alep, ndlr) ?" Pour le chef de l'Etat syrien, c'est "le prix à payer" pour ne pas les "les laisser sous leur commandement, à leur merci, les abandonner aux mains de terroristes qui coupent des têtes, qui assassinent". "A la fin, les gens sont libérés des terroristes", poursuit-il. 

Une victoire, ce sera quand nous aurons éliminé tous les terroristesBachar el-Assad

Dans l'interview, Bachar el-Assad estime qu'il pourra parler de victoire lorsqu'ils "aurons éliminé tous les terroristes". "C'est un moment critique dans cette guerre, et nous sommes sur le chemin de la victoire", a-t-il poursuivi. 


Comme le rapporte France Info, le président syrien a également reçu les trois députés français Thierry Mariani (LR), Nicolas Dhuicq (LR) et Jean Lassalle (non inscrit) pendant plus d'une heure.


Le conflit, qui a débuté en mars 2011, a fait plus de 310.000 morts, dont 90.000 civils selon un dernier bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), ainsi que des millions de réfugiés. Après une trêve décrétée le 30 décembre dans le pays, des négociations doivent s'ouvrir fin janvier à Astana au Kazakhstan pour mettre fin à la guerre.

En vidéo

Syrie : après Alep, le cessez-le-feu perçu comme une deuxième victoire

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter