Syrie : Daech a perdu sa dernière grande ville, Deir Ezzor

Syrie : Daech a perdu sa dernière grande ville, Deir Ezzor

International
DirectLCI
CONFLIT - Après la prise de ce dernier grand bastion syrien du groupe État islamique jeudi, puis d'un important poste-frontière entre la Syrie et l'Irak, les djihadistes sont désormais acculés dans la zone désertique entre les deux pays. Ils sont ainsi pris en étau entre les armées syrienne, irakienne, et la coalition arabo-kurde.

Le groupe Etat islamique (EI) a perdu toutes les grandes villes sous son contrôle en Irak et en Syrie. Les djihadistes cédaient encore du terrain vendredi, alors qu'ils sont retranchés dans une zone à cheval entre l'est de la Syrie et l'ouest de l'Irak, et attaqués des deux côtés de la frontière. Ce même jour, les forces irakiennes ont annoncé les avoir chassés d'un important poste-frontière, Husseiba, reliant l'Irak à la Syrie dans cette région. Un nouveau coup dur pour l'organisation djihadiste, qui vient tout juste de perdre jeudi la ville de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, face à l'armée du régime syrien, soutenue par ses alliés russe et iranien.


La ville "était le siège principal des dirigeants de l'organisation. En perdant son contrôle, ils perdent leur capacité à diriger des opérations terroristes menées par leurs hommes", s'est félicité le haut-commandement de l'armée syrienne dans un communiqué. "Deir Ezzor représente la phase finale dans l'élimination totale de" l'EI, a-t-il ajouté.

L'EI s'était emparé de la quasi-totalité de Deir Ezzor et de sa province riche en pétrole en 2014, profitant du chaos engendré par la guerre en Syrie, déclenchée en 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie par le régime.


Ces derniers mois, les jihadistes ont été chassés de toutes les grandes villes qu'ils avaient conquises : notamment par les forces irakiennes à Mossoul (nord de l'Irak) en juillet, et par une coalition kurdo-arabe soutenue par Washington à Raqa en Syrie, au mois d'octobre.

En vidéo

Daech : de retour en France, une femme raconte le calvaire de Raqqa

Le groupe qui avait proclamé en 2014 un "califat" sur une zone vaste comme l'Italie, entre Irak et Syrie, a vu son territoire se réduire comme peau de chagrin. Les djihadistes sont maintenant principalement retranchés dans une zone largement désertique à la frontière entre l'est de la Syrie et l'ouest de l'Irak, le long de la vallée de l'Euphrate, qui chevauche ces deux pays. Ils y sont pris en étau entre d'une part le régime et l'alliance arabo-kurde dans l'est de la Syrie et d'autre part les forces irakiennes dans l'ouest de l'Irak.


Selon la coalition internationale antidjihadistes, environ 1.500 combattants de l'EI sont encore présents dans cette zone désertique entre l'Irak et la Syrie, qui devrait être le théâtre de la "dernière grande bataille" contre le groupe responsable d'attentats meurtriers dans ces pays et le reste du monde.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter