Convoi humanitaire décimé en Syrie : Moscou et Damas démentent toute frappe aérienne

DirectLCI
BOMBARDEMENT - Après une semaine de trêve, les combats ont repris en Syrie, a annoncé l'armée syrienne, au grand désarroi des Nations unies. Un convoi humanitaire vers Alep a été bombardé dans la soirée, lundi 19 septembre, faisant une vingtaine de morts.

L'ONU a suspendu ses convois humanitaires en Syrie, après le raid aérien contre un convoi acheminant de l'aide dans la province d'Alep qui a fait plusieurs morts dont un employé du Croissant-Rouge syrien, a annoncé mardi un porte-parole des Nations unies.


""Environ vingt civils et un membre du personnel du Croissant-Rouge syrien ont été tués, alors qu'ils déchargeaient une aide humanitaire vitale des camions. Une grande partie de l'aide a été détruite", a précisé la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) dans un communiqué mardi.


 "Tous les convois sont suspendus en attendant une nouvelle évaluation de la situation sécuritaire" en Syrie, a déclaré à Genève le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Jens Laerke. 

Notre indignation face à cette attaque est énormeStaffan de Mistura, émissaire des Nations unies pour la Syrie

"Notre indignation face à cette attaque est énorme... Le convoi était le résultat d'un long processus d'autorisation et de préparations pour venir en aide à des civils isolés", fulminait dans un communiqué l'émissaire des Nations unies pour la Syrie Staffan de Mistura.


Le convoi était constitué de 31 camions, devant notamment fournir farine et équiment médical aux populations présentes sur place. 18 d'entre eux ont été touchés par cinq missiles, d'après un témoignage recueilli par Reuters. 


Ces frappes interviennent peu de temps après que les Etats-Unis et la Russie se soient opposés après qu'une frappe de la coalition internationale, pro-rebelles modérés, a frappé des positions pro-el Assad.


Directement accusés, l'armée syrienne et son allié russe ont démenti mardi tout raid aérien sur le convoi. Moscou a d'ailleurs mis en doute l'hypothèse d'une frappe, par la voix du porte-parole du ministère de la Défense. "Nous avons étudié attentivement les images vidéo des soit-disant 'activistes' présents sur place et nous n'avons pas trouvé de signes de frappes sur le convoi par des armes. Il n'y a pas de cratère, la structure des véhicules n'est pas endommagée et ils n'ont pas subi le souffle d'une frappe aérienne", a déclaré le général Igor Konachenkov.

Une semaine après l'annonce de la suspension des combats, la guerre a repris ses droits dans le ciel et sur le sol syrien, lundi 19 septembre. Dès après l'annonce de la fin de la trêve, les frappes aériennes contre Alep ont semé la destruction, causant la mort d'au moins 36 personnes, selon le décompte de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

VIDÉO - La coalition internationale admet avoir frappé involontairement l'armée syrienne

En vidéo

Syrie : la coalition internationale admet avoir bombardé involontairement l'armée syrienne

VIDEO - Les images des camions attaqués par le raid aérien

En vidéo

Alep : 12 morts après un raid aérien sur un convoi humanitaire

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter