Syrie : Erdogan et Poutine conviennent d'un cessez-le-feu à Idleb

Syrie : Erdogan et Poutine conviennent d'un cessez-le-feu à Idleb
International

SYRIE - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé, à l'issue d'entretiens à Moscou avec Vladimir Poutine, l'entrée en vigueur jeudi à minuit d'un cessez-le-feu dans la province syrienne d'Idleb.

Apaiser les tensions en Syrie. C’est ce que Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont tenté de faire ce jeudi, à Moscou, pour éviter un conflit direct entre les deux puissances après plusieurs semaines d’intenses combats. Le tête à tête entre les deux hommes a porté ses fruits : un cessez-le-feu doit entrer en vigueur à minuit à Idleb.

"Ce soir à partir de minuit le cessez-le-feu entrera en vigueur", a déclaré Recep Tayyip Erdogan, ajoutant qu'Ankara "se réserve le droit de répliquer de toutes ses forces et partout à toute attaque du régime" de Damas. Autre mesure prise : des patrouilles communes, orchestrées par Moscou et Ankara. "Le 15 mars, les patrouilles communes russo-turques commenceront sur l'autoroute M4", a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Lire aussi

"Une conversation personnelle et directe"

Cette rencontre s’est déroulée alors que des dizaines de soldats turcs ont été tués ces dernières semaines dans d'intenses combats dans la région d'Idleb, ultime bastion rebelle et djihadiste dans le nord-ouest de la Syrie, où la Turquie est intervenue contre les forces du régime de Bachar al-Assad. Ce dernier, appuyé par l'aviation russe, avait lancé en décembre une offensive à Idleb qui a provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d'un million de personnes déplacées vers la frontière turque. Jeudi encore, au moins 15 civils, dont un enfant, ont été tués lors de frappes aériennes russes à Idleb, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG.

"La situation à Idleb s'est tellement aggravée que cela demande que nous ayons une conversation personnelle et directe", a déclaré Vladimir Poutine au début de sa rencontre avec son homologue turc au Kremlin. Il a exprimé ses condoléances à son homologue pour la mort des soldats turcs en Syrie, tout en soulignant que "l'armée syrienne aussi a subi de lourdes pertes" ces dernières semaines.

L'escalade des tensions à Idleb a abouti à des tensions diplomatiques entre Moscou, un allié du régime syrien, et Ankara, soutien des rebelles, faisant planer un risque réel d'affrontement direct entre les deux pays qui se sont imposés comme les principaux acteurs internationaux dans le conflit syrien. L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a appelé mercredi depuis le Caire à une solution diplomatique "immédiate" en Syrie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent