Syrie : frappes israéliennes après un "tir de missile" depuis le pays

Vue de Damas, la capitale syrienne, en 2020.

"REPRÉSAILLES" - L'armée israélienne a annoncé ce jeudi avoir répliqué à un missile lancé depuis la Syrie et qui aurait touché le désert du Néguev, non loin d'une installation nucléaire israélienne secrète.

Il est rare que l’armée israélienne reconnaisse publiquement des frappes en Syrie. Ce jeudi 22 avril, elle a annoncé avoir effectué une opération de ce type après un tir de missile ayant atterri, selon elle, dans un désert situé au sud de son territoire, à proximité d’une installation nucléaire secrète.

"Un missile sol-air identifié comme provenant de la Syrie est tombé dans le Néguev, a-t-elle indiqué par un bref message envoyé tôt dans la matinée. En représailles, il y a quelques minutes, l'armée israélienne a frappé la batterie depuis laquelle le missile a été lancé et d'autres batteries syriennes de missiles sol-air."

Lire aussi

D’après l’agence officielle syrienne, Sana, des missiles ont été lancés depuis le plateau du Golan "vers des positions dans les environs de Damas". "Notre batterie de défense antiaérienne a intercepté des missiles et fait chuter la majorité d'entre eux dans cette agression qui a causé des blessures à quatre soldats et causé quelques dégâts matériels", a-t-elle ajouté, citant une source militaire locale.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) indique quant à lui que les frappes ont "détruit" des batteries de défense antiaériennes à Dmeir, ville à 40 km de Damas, où seraient stockées des armes appartenant à des milices pro-iraniennes.

Tensions avec l'Iran

Un peu plus tôt dans la nuit, l’armée israélienne indiquait que des sirènes, censées avertir de potentielles attaques, s’étaient fait entendre à proximité du village bédouin d’Abou Qrenat, à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Domina. Si le pays n’a jamais reconnu avoir un arsenal nucléaire, des experts étrangers affirment qu’il disposerait de 100 à 300 ogives.

Depuis le déclenchement du conflit syrien, en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre le pouvoir syrien et ses alliés, des troupes iraniennes et des combattants du Hezbollah libanais. L’Etat hébreu affirme chercher à éviter l’implantation en Syrie de l’Iran.

Lire aussi

Cet épisode intervient dans un contexte de vives tensions entre les deux Etats. Il y a dix jours, l’Iran a promis de se "venger" après le sabotage de son usine d’enrichissement d’uranium de Natanz. Israël n’a pas confirmé son implication dans l’événement, mais un article du New York Times citant anonymement des responsables des renseignements affirme que le pays a "joué un rôle". Ce dernier est ouvertement opposé à un retour à l'accord sur le nucléaire iranien, que les Etats-Unis avaient quitté sous la présidence de Donald Trump.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 12 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.