Syrie : Daech annonce la mort de son porte-parole

DirectLCI
ALEP - Le groupe djihadiste Etat islamique a annoncé mardi la mort de son porte-parole, tué dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie.

Il était la voix de Daech, celle qui appelait à tuer "les infidèles". Le goupe Etat islamique a annoncé, ce mardi, la mort de son porte-parole, le Syrien Abou Mohammed al-Adnani, tué dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie, ravagée par les combats. Un responsable américain a par la suite indiqué "qu'un chef du groupe Etat islamique (EI) a été visé mardi en Syrie par une frappe de la coalition internationale", sans préciser s'il s'agissait du porte-parole, indique l'AFP. 


Le djihadiste, un des plus hauts représentants de l'organisation terroriste, s'était illustré en exhortant les partisans de l'EI à passer à l'action dans leur pays d'origine en utilisant n'importe quelle arme disponible (couteau, pierre ou véhicule) contre les citoyens des pays membres de la coalition antidjihadistes. Un appel qui aurait inspiré les différentes attaques qui ont frappé l’Europe  comme à Nice, Magnanville ou Bruxelles. 

Un des djihadistes les plus recherchés par les Etats-Unis

Les services de renseignement occidentaux avaient tendance à le considérer comme le "ministre des attentats", chargé de motiver des djihadistes isolés et de superviser des campagnes de terreur en Occident. Dans un message audio diffusé en septembre 2014 par Al Furqan, le principal média de Daech, Abou Mohammed Al-Adnani avait appelé à attaquer "les forces de police et de sécurité, les services de renseignement et leurs collaborateurs" en Occident. 


Il faisait partie des djihadistes les plus recherchés par les Etats-Unis, les Américains l'ayant d'ailleurs placé sur la liste antiterroriste des "Rewards for Justice" et promettant la somme de cinq millions de dollars pour tout renseignement susceptible de conduire à son arrestation. Il est finalement "mort dans la province d'Alep en inspectant les opérations militaires", a précisé l’agence Amaq sans donner la date de sa mort. 


Le possible commanditaire des attentats de Paris et Bruxelles

Abou Mohammed al-Adnani s’était engagé dans le djihadisme au début des années 2000, prêtant allégeance à Abou Mossab al-Zarqaoui, un chef djihadiste jordanien tué dans un raid américain en Irak en 2006 après avoir contribué à fonder Daech. Abou Mohammed al-Adnani, un Syrien de 38 ans, de son vrai nom Taha Sobhi Falaha, était un logisticien soupçonné d'être le commanditaire des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et de Bruxelles en mars 2016. Sa voix a par ailleurs été identifiée sur le commentaire de la vidéo revendiquant les attentats du 13 novembre. 


"Après un long voyage couronné de sacrifices, cheikh Abou Mohammed al-Adnani a rejoint les martyrs et les héros ayant défendu l'islam et combattu les ennemis de Dieu", indique un message de l'EI relayé par son agence de propagande Amaq.


La province septentrionale d'Alep, du nom de la grande ville éponyme, est le théâtre de violents combats entre différents acteurs de la guerre en Syrie : le régime appuyé par les Russes, les rebelles, l’alliance kurdo-arabe des Forces démocratiques syriennes, les djihadistes de Daech, la coalition internationale antidjihadistes emmenée par les Etats-Unis et plus récemment les forces turques.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter