Syrie : la bataille pour reprendre Raqqa aux terroristes de Daech est lancée

International
OFFENSIVE – Annoncé dimanche par les autorités turques, le lancement de la bataille pour reprendre Raqqa aux djihadistes de Daech a été confirmé mardi par l’alliance arabo-kurde, soutenue par les Etats-Unis. Le fief de l’organisation terroriste en Syrie est occupé depuis janvier 2014.

L’assaut a débuté. Déjà annoncé dimanche par les autorités turques, le lancement de "la grande bataille" pour reprendre Raqqa des mains des djihadistes de Daech a été confirmé ce mardi par les Forces démocratiques syriennes, formées de combattants arabes et kurdes et soutenues par les Etats-Unis. "Nous déclarons aujourd'hui le début de la grande bataille pour libérer la ville de Raqqa, la capitale (...) du terrorisme", a déclaré le porte-parole des FDS. 


Juste après, un commandant des FDS et une ONG ont annoncé l'entrée des soldats dans Raqqa à partir de l'est. "Nos forces sont entrées dans le quartier de Mechleb dans l'est de la ville", a déclaré à l'AFP le commandant des FDS Rojda Felat. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé leur entrée dans ce secteur où plusieurs bâtiments ont été pris.

"L'offensive pour libérer la ville de Raqqa a débuté hier (lundi, ndlr)" à partir du nord, de l'est et de l'ouest, a précisé l’alliance arabo-kurde à l’agence Reuters, soulignant que les combats seront "acharnés, car Daech luttera jusqu'au bout pour défendre sa capitale". Les FDS encerclent à présent l’ensemble de la ville, excepté le sud, par lequel les djihadistes peuvent toujours fuir en traversant l'Euphrate. "Les FDS n'ont pas besoin d'isoler Raqqa par le sud car les avions de la coalition peuvent frapper les djihadistes lorsqu'ils traversent le fleuve", avait expliqué samedi le directeur de l’OSDH.

Entre 3000 et 4000 djihadistes retranchés

Occupée depuis janvier 2014 par les terroristes, la ville de Raqqa est le principal fief de Daech en Syrie. Plusieurs attentats perpétrés ces derniers mois – celui du Nouvel an à Istanbul par exemple - y ont été préparés, voire téléguidés. Selon les chiffres de la coalition, 3000 à 4000 combattants djihadistes seraient retranchés au sein de la cité, où ils ont érigé des défenses en prévision d'un assaut. Les  forces anti-Daech les accusent de se servir des civils comme "boucliers  humains" et de se cacher au milieu de la population.


Les risques pour les habitants cherchant à fuir sont considérables. Selon l'OSDH, une frappe aérienne de la coalition internationale a ainsi fait 21 morts lundi aux abords de la ville. "Les civils embarquaient dans de petits bateaux sur la rive nord de l'Euphrate pour fuir les faubourgs du sud de Raqqa", a expliqué le directeur de l'ONG selon qui des enfants font partie des victimes. Des avions russes ont aussi effectué des raids contre des convois de Daech.

En vidéo

En avril 2016, des habitants de Raqqa nous racontaient leur quotidien sous le joug de Daech

Les Etats-Unis ont annoncé mardi qu'ils avaient entrepris de distribuer des armes aux Kurdes de l’YPG (Unités de protection du peuple) pour les aider dans leur conquête. Un soutien qui a provoqué l’ire de la Turquie, qui voit d’un très mauvais œil l'influence croissante des soldats kurdes dans le nord de la Syrie. "Que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du pays, nous n'hésiterons pas à prendre les mesures nécessaires pour la sécurité de notre pays et de notre peuple", a déclaré le Premier ministre Binali Yildirim. "Nous l'avons fait par le passé et si cela est nécessaire, nous le referons."


Ces tensions ne devraient pas arranger la situation des civils. Selon un porte parole de la coalition internationale, près de 200.000 personnes ont d'ores et déjà quitté Raqqa. Une fuite qui a eu tendance à s'accélérer ces derniers jours affirme Médecins sans frontières selon qui "800 personnes par jour arrivent dans le camp" de réfugiés d'Aïn Issa, à une trentaine de kilomètres au nord de Raqqa. Depuis mars 2011 et le début de la répression qui a entraîné le chaos en Syrie, plus de 320.000 personnes ont perdu la vie tandis que des millions d'autres ont été déplacées. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’assaut de Raqqa, "capitale" de Daech

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter