Syrie : la trêve humanitaire prolongée jusqu'à samedi

SYRIE - La trêve humanitaire décrétée par Moscou à Alep et prolongée jusqu'à samedi, n'empêche pas que des combats éclatent dans un des couloirs censés s'ouvrir pour évacuer les civils.

La trêve "humanitaire", décrétée par Moscou pour permettre aux civils et aux rebelles de quitter la métropole syrienne d'Alep, ville martyrisée par les bombardements du régime syrien et de la Russie, est entrée en vigueur ce jeudi 20 octobre, après plusieurs semaines d'une offensive meurtrière visant les quartiers rebelles. Jeudi 20 octobre, l'ONU annonçait qu'elle venait d'être prolongée jusqu'au samedi suivant. Malheureusement, il n'aura pas fallu attendre longtemp pour que des combats éclatent aussitôt dans un des couloirs censés s'ouvrir pour évacuer les civils et les rebelles qui le souhaitent.


Des affrontements et des tirs d'artillerie ont éclaté dans un couloir établi près du quartier de Boustane al-Qasr contrôlé par les rebelles, peu après l'entrée en vigueur de la "pause humanitaire", qui a débuté à 08h (05h GMT). Huit couloirs humanitaires, dont six pour l'évacuation de civils, de malades et de blessés, et deux pour le retrait de rebelles armés, mais qui peuvent également être utilisés pour les civils, ont été mis en place, avait annoncé mercredi l'état major russe.


Dans des messages diffusés par des hauts-parleurs, l'armée syrienne appelait toutefois les habitants des quartiers-est à "saisir la chance" qui leur était offerte pour évacuer "les blessés", rappelant que la trêve durerait trois jours, chaque jour de 8h jusqu'à 16h.

Discussion "claire et dure"

La trêve intervient alors que depuis deux jours déjà le régime du président Bachar al-Assad et son allié russe ont suspendu leurs raids aériens meurtriers visant les quartiers Est d'Alep, où vivent quelque 250.000 personnes. Alors qu'elle ne devait initialement durer que quelques heures, l'armée syrienne a indiqué mercredi soir que cette trêve durerait trois jours, les 20, 21 et 22 octobre, et s'étendrait de 8h (5h GMT) à 16h (13h GMT), selon l'agence officielle Sana.


Jeudi, Vladimir Poutine s'est toutefois montré prudent sur une extension, assurant simplement que la Russie était prête à "prolonger l'arrêt de ses frappes aériennes autant que possible" à l'issue d'entretiens sur la Syrie avec son homologue français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin.


Ces derniers ont tenu à afficher une grande fermeté vis-à-vis de la Russie. Le président français a qualifié de "crimes de guerre" les frappes russo-syriennes sur les quartiers de l'est d'Alep, tandis qu'Angela Merkel en dénonçait le caractère "inhumain", assurant avoir eu conversation "claire et dure" avec Vladimir Poutine.

VIDEO - François Hollande sur Alep : "C'est un crime de guerre"

En vidéo

François Hollande sur Alep : "C'est un crime de guerre"

Lire aussi

Lire aussi

VIDEO - Angela Merkel sur Alep : "Nous allons continuer à nous montrer très fermes"

En vidéo

VIDEO - Angela Merkel sur Alep : "Nous allons continuer à nous montrer très fermes"

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter