Syrie : l'armée syrienne est entrée dans la cité antique de Palmyre contrôlée par Daech

Syrie : l'armée syrienne est entrée dans la cité antique de Palmyre contrôlée par Daech
International

TERRORISME - L'armée syrienne est entrée dans la cité antique de Palmyre encore occupée par l'Etat islamique ce jeudi. Appuyés par l'aviation russe, les soldats progressent vers le nord de la ville et espèrent avancer de cette façon jusqu'à Raqqa.

L’armée syrienne, appuyée par l’aviation russe, est entrée ce jeudi dans la cité antique de Palmyre occupée depuis près d'un an par Daech en Syrie. Théâtre de nombreuses exécutions depuis son occupation, le site avait été pris d’assaut par l’organisation terroriste en mai 2015. "Les forces du régime sont entrées dans Palmyre du côté sud-ouest, dans le quartier al-Gharf à l'issue de combats contre l'EI", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, précisant que l'armée avançait "lentement en raison des mines" plantées par les djihadistes. Pour autant, les troupes syriennes progressent vers le nord de la ville et espèrent avancer au-delà jusqu’à Raqqa.

Deux jours après les attentats de Bruxelles

Cette première victoire est survenue grâce à une bataille acharnée qui a débuté le 7 mars dernier. L’armée syrienne et la coalition internationale mettent un point d’honneur à récupérer la cité vieille de 2000 ans inscrite par l’Unesco au patrimoine de l’Humanité. Cette double offensive est survenue 48 heures après les attentats de Bruxelles qui ont fait 31 morts et des centaines de blessés. Pour tenter de mettre fin au conflit syrien, qui a favorisé la montée en puissance de cette organisation capable de frapper l'Europe, le chef de la diplomatie américaine John Kerry rencontrait à Moscou son homologue russe Sergueï Lavrov avant un entretien en soirée avec le président Vladimir Poutine.

A LIRE AUSSI >>  Les liens établis entre les attentats de Paris et ceux de Bruxelles

Avant le début du conflit en Syrie en 2011, plus de 150.000 touristes visitaient cette oasis située en plein désert à 210 km au nord-est de Damas, ses 1000 colonnes, ses statues et à sa formidable nécropole de 500 tombes. Depuis sa prise de contrôle, le groupe extrémiste y a détruit de nombreux trésors archéologiques comme le célèbre Arc de Triomphe, les temples de Bêl et de Baalshamin ou encore des tours funéraires symboles de l'essor de cette ville dans les premiers siècles après Jésus-Christ.

La directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, a salué l'offensive menée par l'armée syrienne. "Depuis un an, le saccage de Palmyre est le symbole du nettoyage culturel qui sévit au Moyen-Orient", a souligné Irina Bokova, qui "salue" la prise de contrôle du site archéologique.

 EN SAVOIR +
 
>> 
Palmyre : la cité antique truffée d'explosifs par l'Etat islamique >>  Qui était Khaled al-Assaad, l'archéologue décapité par Daech

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent