Syrie : 500 civils fuient les quartiers rebelles d'Alep pour rejoindre ceux contrôlés par le régime

International
VILLE MARTYRE - Au moins quatre cent personnes ont fui les quartiers rebelles d'Alep dans la nuit de samedi à dimanche. Quelques heures plus tôt, les médias officiels du régime de Bachar al-Assad avaient affirmé que le plus grand d'entre-eux avait été repris par l'armée syrienne.

La télévision d'Etat a indiqué que les forces armées du régime de Bachar al-Assad avaient "pris le contrôle total du secteur de Massaken Hanano", soit le plus grand quartier rebelle d'Alep, samedi 26 novembre. Dans la nuit qui a suivi au moins 500 civils ont fuit les zones voisines de Haydariyé et de Chaar pour rejoindre celles contrôlées par le gouvernement, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


Les bus sont pris d'assaut par les populations comme le montre la télévision d'Etat syrienne. Dans ces images, on peut notamment voir une femme qui avance avec une poussette et de nombreuses personnes qui portent des sacs en plastiques sur leur tête, avec le bruit des bombardements qui retentissent. 

Lire aussi

219 civils tués depuis le 15 novembre

Pour le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, "les forces du régime contrôlent 80% de Massaken Hanano et contrôlent les 20% restant par le feu". Il reste "quelques centaines de mètres aux forces du régime pour couper le secteur rebelle en deux" en isolant le nord du sud, a-t-il déclaré à l'AFP.


Dans les violents combats et raids visant les zones rebelles d'Alep-Est, au moins 18 civils ont perdu la vie selon l'Observatoire. Au total, 219 civils dont 27 enfants ont été tués depuis le début de l'offensive du régime sur Alep-Est le 15 novembre, selon la même source. La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression d'une révolte pacifique par le régime, a déjà fait plus de 300 000 morts.

En vidéo

SEPT A HUIT - Ali, ambulancier à Alep-est : une vie sous les bombes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le drame d'Alep

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter