Syrie : les combattants de Daech s'engagent à quitter le sud de Damas

Syrie : les combattants de Daech s'engagent à quitter le sud de Damas

TERRORISME - Un accord inédit a été conclu entre le régime Assad et les représentants des populations locales de Damas, sur le départ des groupes Etat islamique et Front Al-Nosra, qui occupaient le sud de la capitale syrienne.

Un accord inédit a été conclu en Syrie entre le régime de Bachar al-Assad et les représentants des populations locales de Damas, sur le départ imminent de l'Etat islamique et du Front Al-Nosra. Pas moins de 4.000 djihadistes et leurs familles doivent quitter le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk et les quartiers voisins de Qadam et de Hajar al-Aswad. Il s'agit du premier accord impliquant l'Etat islamique.

Ces trois quartiers situés au sud de la capitale souffrent d'une importante dégradation des conditions de vie à cause du siège imposé par l'armée syrienne depuis 2013, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). En avril dernier, les combattants de Daech s'étaient emparés de 60% du territoire.

Chaque djihadiste autorisé à partir avec "sa famille, une valise et son arme personnelle"

Selon Francetv Info , les 4.000 personnes concernées par cet accord seront transférées soit à Raqqa, le fief du groupe Etat islamique, soit à Marea dans la province d'Alep. "Chaque combattant sera autorisé à partir avec sa famille, une valise et son arme personnelle", a indiqué une source proche des négociations.

Cet accord fait suite à l'annonce de la mort de Zahrane Allouche (44 ans), le chef de Jaich al-Islam (Armée de l'Islam), principal groupe rebelle de la région de Damas. "La mort de Zahrane Allouche est l'une des pertes les plus significatives de l'opposition", a indiqué sur Twitter Charles Lister, un des principaux experts des groupes rebelles en Syrie.

Soutenu par l'Arabie saoudite, Jaich al-Islam contrôle la plus grande partie de la banlieue est de la capitale syrienne, régulièrement bombardée par les forces gouvernementales. Quelques heures après, les principaux responsables du groupe auraient élu un nouveau chef, Abu Himam al-Buwaydani, un combattant de 40 ans dont la famille entretient des liens étroits avec les Frères musulmans, selon Abdel Rahman, le dirigeant de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

A LIRE AUSSI >> Libye : face à Daech, six pays demandent la formation d'un gouvernement d'union nationale

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire pour entrer en France étendue à sept nouveaux pays

"Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.