Syrie : les larmes d'un casque blanc après le sauvetage d'un bébé

Syrie : les larmes d'un casque blanc après le sauvetage d'un bébé

ÉMOTION - Alors que les combats continuent de faire rage dans la province d'Alep, une image bouleversante témoigne de l'enfer que vivent les civils. Un casque blanc syrien a littéralement fondu en larmes après avoir sauvé un bébé des décombres d'un immeuble.

Les civils syriens qui subissent les bombardements à Alep sont confrontés "à un niveau de sauvagerie qu'aucun humain 

ne devrait avoir à supporter". C'est le cri d'alarme lancé ce dimanche par Stephen O'Brien, coordonnateur des secours d'urgence (OCHA) de l'ONU.

L'armée syrienne et ses alliés ont poursuivi ce dimanche leur progression au nord d'Alep, profitant de bombardements intensifs toute la nuit sur les quartiers est de la ville, rapportent les médias gouvernementaux et l'OSDH.

Toute l'info sur

Le drame d'Alep

Lire aussi

    Dans cet enfer de douleur, un casque blanc syrien s'est retrouvé submergé par l'émotion. Il vient de sauver des décombres une fillette d'un mois à peine, après un bombardement dans la province d'Idlib, près d'Alep. Dans l'ambulance, alors que les premiers soins sont prodigués au bébé encore dans ses bras, il éclate en sanglot : 

    Pendant plusieurs heures, ce bénévole de la défense civile syrienne a creusé, presque sans espoir, les décombres d'un immeuble bombardé de quatre étages, après avoir entendu les pleurs d'un bébé. "Nous avons mis deux à trois heures pour la retirer des gravats. Dieu merci, elle était vivante", l'entend-on dire sur la vidéo. 

    "Quand je l'ai vue, c'est comme si c'était ma propre fille. Je souffrais autant que si c'était ma propre fille", a-t-il, par ailleurs, expliqué sur CNN.

    Lire aussi

      Paris doit présenter lundi à l'ONU un nouveau projet de résolution

      L'organisation Médecins sans frontières (MSF) a appelé Damas et Moscou à mettre un terme "au bain de sang". Depuis le début de l'offensive sur Alep-Est, il y a dix jours, les bombardements du régime et de la Russie ont tué au moins 220 personnes, selon l'OSDH.

      La Russie et le régime sont accusés par les Occidentaux d'utiliser contre des zones civiles des armes comme des bombes antibunker, incendiaires et à fragmentation, normalement destinées à des cibles militaires. Moscou a balayé les accusations de "crimes de guerre" et assuré qu'il poursuivrait sa campagne de soutien au régime, entamée il y a un an.

      Les efforts diplomatiques pour rétablir un cessez-le-feu en Syrie semblent complètement enlisés même si Washington et Moscou n'ont pas coupé les ponts en dépit de leurs profondes divergences. Le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué dimanche que MM. Lavrov et Kerry avaient eu samedi soir "une nouvelle" conversation téléphonique. Aucun détail n'a été donné sur son contenu si ce n'est que les deux dirigeants avaient "discuté des actions communes possibles pour normaliser 

      la situation à Alep", selon le ministère à Moscou.

      De son côté, Paris espère présenter lundi aux 15 pays membres du Conseil de sécurité un projet de résolution qui est discuté depuis vendredi par les ambassadeurs des cinq membres permanents. Il appelle au rétablissement du cessez-le-feu initié en septembre par un accord américano-russe, qui n'avait duré qu'une semaine. 

      Lire aussi

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        VIDEO - Belgique : nouvelles inondations, un torrent emporte des voitures près de Namur

        EN DIRECT - Mesures de restrictions supplémentaires face au Delta dans les Alpes-Maritimes

        "Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

        Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

        Violent incendie dans l'Aude : 900 pompiers toujours mobilisés, coupure de courant jusqu'au Portugal

        Lire et commenter
        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.