Syrie : les rebelles affirment tenir Alep, l'EI en perdition à Manbij

International

Toute L'info sur

Le drame d'Alep

COMBATS - La coalition de l'opposition syrienne a annoncé ce samedi que les rebelles avaient brisé le siège imposé depuis trois semaines par le régime aux quartiers de la ville d'Alep contrôlés par les insurgés. A Manbij, c’est Daech qui a été chassé par des combattants arabo-kurdes soutenus par l’Occident.

En Syrie, la lutte continue sur tous les fronts. Les rebelles, aidés par des djihadistes, ont renversé spectaculairement samedi 6 août la situation à Alep, où ils ont brisé le siège de leurs quartiers et encerclé la partie pro-régime de la deuxième ville de Syrie, selon opposants et insurgés. Enjeu majeur du conflit, la ville septentrionale d'Alep est divisée depuis 2012 entre quartiers Est, contrôlés par les rebelles, et secteurs ouest, aux mains du régime de Bachar al-Assad. "Les rebelles ont brisé le siège" de leurs quartiers à Alep, a affirmé dans un tweet la coalition de l'opposition syrienne basée à l’étranger.

L'un des principaux groupes islamistes qui participe à l'offensive rebelle, Ahrar al-Cham, a affirmé, également sur Twitter, que l'avancée des rebelles "leur a ouvert la voie vers Alep". Selon le groupe salafiste, les rebelles ont pris le quartier gouvernemental de Ramoussa, à la périphérie sud d'Alep, d'où ils ont fait la jonction avec les quartiers rebelles. En prenant Ramoussa, les rebelles coupent aussi la route d'approvisionnement menant aux quartiers gouvernementaux d'Alep, qui se trouvent à leur tour assiégés. Selon un journaliste de l'AFP dans la partie rebelle, les habitants ont tiré en l'air et égorgé des moutons en signe de joie.

Les forces démocratiques syriennes contrôlent Manbij

Autre rebondissement important ce samedi 6 août dans un pays ravagé par une guerre complexe, des combattants arabes et kurdes soutenus par l'Occident ont remporté une grande victoire contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) en s'emparant de leur fief de Manbij, à quelque 60 km au nord-est d'Alep. "Les forces démocratiques syriennes (FDS) contrôlent samedi Manbij, et ratissent le centre-ville à la recherche des derniers djihadistes encore présents dans la ville" a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

A LIRE AUSSI
>>  Syrie : pourquoi les djihadistes du Front Al-Nosra coupent les ponts avec Al-Qaïda >> Bavure en Syrie : plusieurs dizaines de civils tués par la coalition internationale

Cette victoire mettrait fin à deux mois d’offensive dans une ville clé sur le chemin de la frontière turque. Les FDS ont lancé le 31 mai une offensive visant à reprendre Manbij, qui était alors le principal carrefour d'approvisionnement de l'EI, de la frontière turque vers Raqqa, sa capitale de facto en Syrie située plus à l'est. Cette offensive, appuyée par des raids de la coalition internationale conduite par les États-Unis, vise à couper l'axe d'approvisionnement de l'EI en hommes, armes et argent depuis la frontière turque.

Avec l'appui aérien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les FDS ont repris dans un premier temps plusieurs localités et villages autour de Manbij, puis sont entrées le 23 juin dans cette ville de la province d'Alep. Depuis, ils y ont progressé lentement en raison des contre-attaques des djihadistes, usant de snipers, voitures piégées, mines enfouies et kamikazes.

A LIRE AUSSI 
>>  Syrie : la Russie crée des couloirs humanitaires à Alep, les ONG sceptiques >>  En Syrie, des enfants s'affichent avec des Pokémons pour alerter l'opinion
>>  Syrie : les effarantes images de drone de la ville de Homs, ravagée par la guerre
>>  Syrie : 40.000 civils fuient les assauts à Alep

 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter