Syrie : les troupes d'Assad affirment être "sur le point" de reprendre toute la Ghouta orientale

DirectLCI
LUTTE - Une opération d'évacuation des rebelles et de leurs proches est organisée depuis le 2 avril par la Russie, grand allié du régime syrien, autour de la grande ville de Douma, ultime poche rebelle dans la Ghouta orientale. La reprise totale de la région par les forces gouvernementales serait une des pires défaites pour les rebelles dans la guerre qui ravage le pays depuis plus de sept ans.

Son sort fait la une des médias pro-gouvernement. "La ville de Douma est sur le point de rejoindre les autres localités et zones de la Ghouta (orientale) qui ont été reprises par l'armée", écrit le quotidien syrien Al-Watan à propos de l'ultime bastion rebelle de la région, situées aux portes de Damas, que les forces du présidents Bachar al-Assad sont donc en passe de reprendre en totalité. Une opération d'évacuation, menée par l'allié du régime qu'est la Russie, est ainsi en cours depuis lundi 2 avril pour permettre aux rebelles et à leurs proches de quitter la ville, rapportent les médias d'Etat syriens. Elle devrait prendre plusieurs jours, indique l'Observatoire syrien des droits de l'homme à l'AFP. Une information que le mouvement rebelle, qui compterait quelque 10.000 combattants, n'a pas confirmé.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a affirmé lundi soir que  "1146 terroristes du groupe Jaich al-Islam et des membres de leur famille sont partis de Douma vers Jarablos", une ville du nord de la Syrie, après plusieurs heures d'attente. Le régime désigne par le terme de "terroriste" tous les rebelles qui s'opposent à lui. "Que ce soit à la suite d'un accord d'évacuation ou en l'écrasant sous les bombes, ce qui compte pour Assad, c'est d'extirper Jaich al-Islam de Douma, pour toujours", a souligné le chercheur Nicholas Heras, du centre de réflexion Center for a New American Security, basé à Washington. 

Ces derniers jours, plus de 46.000 personnes, dont environ un quart de combattants, ont déjà gagné les zones rebelles de la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, ont indiqué les autorités syriennes. Avec ces évacuations organisées par Moscou, le pouvoir syrien contrôle désormais 95% de la Ghouta, après une offensive meurtrière et dévastatrice lancée le 18 février. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait alors qualifié la Ghouta "d'enfer sur terre". Plus de 1600 civils ont été tués par les bombardements en cinq semaines autour de la grande ville de Douma. La reprise totale de la Ghouta par les forces gouvernementales serait une des pires défaites pour les rebelles dans la guerre qui ravage la Syrie depuis plus de sept ans.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter