Syrie : "Nous demandons au Président Emmanuel Macron de rapatrier ces mineurs sans délai"

International
DirectLCI
URGENCE – Amine Elbahi se bat depuis plusieurs mois pour que son neveu et sa nièce, en Syrie, puissent rentrer d’urgence en France. Agés de deux et trois ans, les proches de ce Roubaisien sont aujourd’hui réfugiés, avec leur mère, au camp d’Al-Hol et nécessitent des soins en urgence.

Le 28 août 2014, sa sœur a quitté le domicile familial de Roubaix en disant qu’elle partait au marché. Elle n’est jamais rentrée... Très vite, Amine Elbahi a tsu que celle-ci n’était pas partie faire les courses comme elle l’avait prétendu mais qu’elle avait rejoint la Syrie. Elle avait alors 19 ans.


Depuis, la sœur d’Amine Elbahi s’est construit une vie là-bas, à des milliers de kilomètres... Mariée à un djihadiste, elle a eu deux enfants. Son époux est mort depuis. Elle et ses deux enfants, aujourd’hui âgés de 2 et 3 ans sont des rescapés de Baghouz, dernier bastion de l’Etat islamique. 


"Ma sœur et ses deux enfants sont aux dernières nouvelles dans le camp de Al-Hol, à environ 400 kilomètres de Baghouz. Plus de 74 000 personnes s’entassent là-bas aujourd’hui, principalement des familles de combattants djihadistes, ce, dans un espace conçu pour 5000 personnes. Il y a un mois, ils étaient 12 000… Les conditions sanitaires sont déplorables, les enfants sont dénutris, malades, ils ont la tuberculose, la diarrhée. Ils n’ont pas accès aux soins. Il y a une réelle urgence à ce qu’ils rentrent en France",  insiste Amine Elbahi qui lance un cri d'alerte ce lundi depuis Paris où il s'est rendu pour rencontrer plusieurs journalistes.

"Ces enfants, Ils n’ont rien demandé"

Son neveu et sa nièce, Amine Elbahi ne les a vus ou entendus qu’à travers un écran d’ordinateur ou de téléphone. Le dernier contact avec sa sœur remonte lui à début février. " Impossible de communiquer avec elle depuis qu’elle est dans le camp, regrette-t-il. Les enfants, je me bats aujourd’hui pour eux, car ils n’ont rien fait, ils n’ont rien demandé. S’ils restent dans ces camps, ils ne survivront peut-être pas. Ils sont exposés à un danger de mort quotidien, alors qu’on pourrait les aider. C'est indamissible dans le pays des Droits de l'homme".   


Le 15 mars, La France a procédé au retour de plusieurs mineurs orphelins et isolés âgés de 1 à 5 ans. "Ils font depuis l’objet d’un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires, avait fait savoir le jour même le Ministère de affaires étrangères dans un communiqué invoquant notamment une décision  "prise au regard de la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables". 


" Tous les enfants qui sont là-bas sont vulnérables, orphelins, ou non. D’après nous, il y aurait 149 enfants français dans les camps. Je dis bien enfants, et pas enfants de djihadistes, je récuse ce terme. Ces mineurs n’ont pas demandé à naître là-bas ou à être conduits sur zone. Ils y sont nés, et ils doivent pour, rester en vie, rentrer", poursuit Amine Elbahi. 

Plusieurs plaintes déposées contre la France

Avec plusieurs familles, le jeune Roubaisien mène son combat pour sauver ces mineurs et obtenir leur rapatriement.  " Les avocats William Bourdon, Martin Pradel, Marie Dosé et Henri Leclerc sont à nos côtés. Fin février, nous avons déposé plainte contre la France devant le Comité des droits de l'enfant de l'Onu et devant le Comité contre la torture. Ces deux plaintes ont été enregistrées, elles ont passé la phase de la recevabilité. Nous demandons donc à Emmanuel Macron de rapatrier ces mineurs sans délai car ils peuvent mourir à tout moment ".  

En vidéo

Deux plaintes contre la France devant le Comité des droits de l'enfant de l'Onu

Outre le rapatriement de ses neveux, Amine Elbahi souhaite aussi le retour de sa sœur en France :"Elle a été condamnée par contumace en novembre  2018 en France dans le cadre du procès de la fratrie Bekhaled pour association de malfaiteurs à but terroriste, ils n’ont qu’à appliquer le mandat d’arrêt international qui a été émis contre elle !"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter