Syrie : plus de 40 morts après un attentat au camion piégé dans le nord du pays

International

TERREUR – Au moins 43 personnes ont été tuées samedi dans l'explosion d'un camion piégé à Azaz, ville rebelle à la frontière entre la Syrie et la Turquie. S’il n’a pas été revendiqué, l’attentat est imputé à Daech.

Le bruit de l’explosion a été entendu à 10 kilomètres à la ronde. Un attentat au camion-piégé a fait au moins 43 morts ce samedi à Azaz, dans le nord de la Syrie, une ville rebelle située non loin de la frontière avec la Turquie, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). La déflagration s'est produite sur un marché en face d'un tribunal islamique de cette localité de la province d'Alep.

Une vidéo de la scène (voir ci-dessus) montre d'importants nuages de fumée s'élevant d'une rue jonchée de débris métalliques. Si elle n’a pas encore été revendiquée, l’attaque est d’ores et déjà imputée aux djihadistes de l’organisation Etat islamique. "Ce genre de crimes sont uniquement commis par le groupe terroriste Daech", a déclaré un avocat présent sur les lieux. "Ce sont eux qui visent les civils et les cadres qui construisent le pays."

L'ONG Syria Charity a par ailleurs fait savoir qu'un hôpital-maternité dont elle à la charge a été touché par l'explosion. 

Azaz, une ville déjà lourdement touchée

Selon le directeur de l’OSDH, qui précise que des dizaines d’autres personnes ont également été blessées, l'identification des victimes est rendue difficile car certains corps sont entièrement calcinés. Une scène de chaos qui rend le travail des secouristes encore plus complexe. Les pompiers étaient d’ailleurs toujours à pied d’œuvre pour tenter de localiser des survivants, notamment dans les décombres des bâtiments soufflés par l’explosion. 

Azaz a été la cible de plusieurs attaques et offensives des terroristes de Daech qui cherchent à s'en emparer, mais cet attentat est jusqu’à présent le plus meurtrier. En novembre, 25 personnes  avaient été tuées dans un attentat à la voiture piégée contre le siège d’un groupe rebelle de la ville. Un mois plus tôt, en octobre, au moins 17 personnes, dont 14 rebelles, avaient été tuées par l'explosion d'une voiture piégée à un poste de contrôle tenu par les insurgés.

Cet attentat intervient au neuvième jour d'un fragile cessez-le-feu en vigueur sur plusieurs fronts du pays en guerre mais qui exclut les territoires contrôlés par les groupes djihadistes. Plus de 310.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en mars  2011.

Lire aussi

En vidéo

Les enfants d’Alep face à la guerre

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter